Plein écran
Melikan Kucam et son épouse (archives). © rv

Trafic présumé de visas humanitaires: l'épouse de Melikan Kucam libérée sous conditions

La chambre des mises en accusation d'Anvers a ordonné mardi la libération sous conditions de l'épouse de l’ex-conseiller communal N-VA à Malines Melikan Kucam. Elle peut donc quitter la prison après deux mois de préventive. L'information est confirmée par son avocat et par le parquet.

L'épouse Kucam avait été incarcérée début juillet dans le cadre de l'enquête sur un trafic présumé de visas humanitaires. Elle aurait approché un témoin afin qu'il modifie ses déclarations. Son mari est depuis près de huit mois en préventive. Il nie avoir accepté de l'argent pour placer des chrétiens assyriens d'Irak et de Syrie sur une liste de candidats à l'obtention d'un visa humanitaire.

Le fils de Melikan Kucam s'est lui aussi retrouvé un certain temps en prison. Il a été libéré en mars sous conditions. La chambre du conseil avait prononcé une libération pour l'épouse il y a deux semaines mais le parquet avait fait appel. La chambre des mises a donc aussi décidé d'une libération sous conditions.
Deux autres suspects dans ce dossier ont également été libérés sous conditions par la chambre des mises, un troisième a été placé sous surveillance électronique. 

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.