Plein écran
© photo_news

Tram 94: la Région bruxelloise doit passer à la caisse

Le chantier de prolongation de la ligne du tram 94 entre la place Wiener, à Boitsfort, et la station de métro Roodebeek, à Woluwe-Saint-Lambert, est passé par la case justice. Le dossier oppose Sibelga, le gestionnaire des conduites de gaz en sous-sol et la Région bruxelloise. La pomme de discorde? Une facture d'un million d'euros, somme due par la Région à Sibelga, rapporte jeudi l'Echo.

Ce montant concerne des travaux effectués dans le cadre du chantier de prolongation de la ligne de tram 94. Les deux parties se rejettent notamment la responsabilité pour des affaissements de tranchées à la suite d'infiltrations d'eau du réseau d'égouttage, lui-même endommagé et percé par des racines d'arbres.

La Région bruxelloise refusait de payer le montant dû à Sibelga car elle estimait avoir déjà déboursé un montant quasi similaire pour remettre les tranchées en état et que les montants devaient se compenser l'un l'autre.
Un premier juge avait condamné en janvier 2017 la Région à payer ce million d'euros, tout en entendant la demande reconventionnelle de la Région. Il avait donc également condamné Sibelga à payers 994.000 euros à la Région, déclarant que les montants de ces deux condamnations devaient effectivement se compenser.

Sibelga avait ensuite interjeté appel. Au final, le tribunal a estimé que la facture adressée par Sibelga était incontestablement due. Les juges ont ajouté que la Région n'avait pas été capable de démontrer que tous ses frais, engendrés par Beliris, étaient imputables à des malfaçons dont Sibelga serait le seul responsable.

Enfin, il est apparu dans le dossier que la Stib avait dû constituer un cautionnement, auquel la Région aurait d'abord dû recourir pour couvrir les frais des réparations litigieuses. A cet égard, les juges ont ordonné une réouverture des débats afin de savoir pourquoi cela n'avait pas été le cas.

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.