Tram à Liège : nouveau plan de circulation dans la rue Léopold et de la Cité

On ne le dira jamais assez, il va falloir prendre son mal pendant plusieurs mois, avant de circuler à nouveau normalement dans le centre de Liège. En cause, les travaux du futur tram ardent. La Ville vient d’établir un nouveau plan de circulation pour les rues Léopold et de la Cité. Un plan qui sera d’application jusqu’au début du mois de février 2020.

Plein écran
Illustration. © TEC

Les travaux sur les secteurs formés par la rue Léopold et la rue de la Cité, notamment, ont débuté le 15 juillet 2019 pour s’achever en octobre 2020, au terme de 4 phases différentes. La première, qui est le déplacement des réseaux souterrain, est en cours. S’ensuivront alors la pose des voies ferrées, les travaux de voirie et enfin la finition des trottoirs et des aménagements urbains.

Au fil de ces différentes phases, la circulation va changer à plusieurs reprises. Ce mardi 12 novembre, la mobilité va être modifiée dans le secteur, et ce, jusqu’au début du mois de février 2020. Le terminus TEC Léopold est déplacé vers la place de l’Yser. La rue Léopold reste toutefois en sens unique vers la Meuse. La rue du Pont et la rue de Bex garderont, quant à elles, leur sens inversé. La rue des Mineurs reste interdite aux voitures, seuls les bus peuvent y circuler. Les automobilistes doivent toujours emprunter la rue du Palais.

“Dès que la rue de la Cité sera accessible aux voitures, la rue Pied-du-Pont-des-Arches sera mise en voie sans issue pendant 2 à 3 jours. L’accès à la rue de la Cité par la rue Léopold sera à nouveau interdit à la circulation après cette étape”, indique la Ville. Elle ajoute que des solutions provisoires de stationnement et de livraison vont être mises en places.

Plein écran
Plan de mobilité à partir du 12 novembre. © TEC Liège-Verviers
  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.