Plein écran
ant la SNCB, que les Tec, la Stib et De Lijn ont appelé à débrayer le 13 février. © belga

Transports, poste, écoles, administration: la Belgique à l'arrêt le 13 février

grève généraleLes administrations, les transports en commun, le service postal, les écoles, la collecte des déchets mais aussi les entreprises et centres commerciaux risquent d'être fortement perturbés mercredi 13 février. Des mouvements de grève et des actions syndicales sont prévus dans tous les secteurs et à travers tout le pays à l'appel du front commun syndical.

Si les représentants des travailleurs affirment que l'appel à la grève sera suivi "massivement", il est difficile à ce stade d'évaluer l'ampleur que prendra le mouvement. De nombreux secteurs risquent en tout cas de tourner au ralenti.

Transports publics
À commencer par les transports publics. Tant la SNCB, que les Tec, la Stib et De Lijn ont appelé à débrayer. La grève, décidée par le front commun syndical CSC-FGTB-CGSLB, touchera le rail dès le 12 février à 22h00 jusqu'au 13 février, même heure. La SNCB mettra toutefois en place un service minimum comme le prévoit désormais la loi.

Aéroports
Dans le ciel belge, les avions se feront rares, un préavis de grève ayant été déposé auprès de la société en charge du contrôle aérien Skeyes (ex-Belgocontrol). À Charleroi, l'aéroport sera complètement à l'arrêt tandis que celui de Zaventem s'attend à de fortes perturbations. La compagnie aérienne Brussels Airlines a, quant à elle, supprimé l'entièreté de ses vols (222) prévus le jour de la grève, changeant par là même les plans de plus de 16.000 voyageurs. Les autres compagnies du groupe Lufthansa (Lufthansa, Swiss, Austrian Airlines, Eurowings) n'ont pas encore pris de décisions par rapport à leurs vols du 13 février depuis et vers la Belgique. Les vols de TUI fly seront en revanche déviés vers les aéroports de Lille, d'Orly, de Maastricht, d'Eindhoven ou d'Amsterdam. De leur côté, les bagagistes des différents aéroports se croiseront les bras.

Ports et routiers
L'appel à la grève a par ailleurs été lancé aux travailleurs portuaires et aux chauffeurs routiers.

Administration
Les administrations locales et régionales - parmi lesquelles les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale, les hôpitaux et les intercommunales - ne seront pas en reste et prendront également part au mouvement.

Poste
La distribution du courrier sera, elle aussi, perturbée, tout comme la collecte des déchets.

Entreprises, magasins et centres commerciaux
Des piquets de grève devraient par ailleurs être installés devant de nombreuses entreprises, magasins et centres commerciaux, paralysant un peu plus le pays.

Enseignement
Enfin, la grève sera aussi couverte dans l'enseignement, même si aucun appel à la grève n'a été officiellement lancé.

Pourquoi faire grève?
Au coeur des préoccupations des travailleurs, la question sensible des salaires. La mobilisation fait suite à l'échec des négociations sur un accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020. Le Conseil central de l'Économie a fixé à 0,8% la marge de progression salariale en plus de l'indexation. Aux yeux des syndicats, cette marge est insuffisante.

"Trop, c'est trop"
"Après trois des quatre réunions de négociation prévues (au sein du Groupe des 10, NDLR.), il est clairement apparu qu'aucun accord ne serait possible avec les représentants des entreprises et des actionnaires. Il est dès lors grand temps de montrer qui fait tourner ce pays et son économie. Il est temps que chacun se rende compte de ce qui se passe lorsque les travailleurs décident que trop, c'est trop et que cette situation ne peut plus durer", martèlent dans un communiqué publié vendredi Marc Leemans et Marie-Hélène Ska, respectivement président et secrétaire générale de la CSC.

La première grève générale depuis 2014
La dernière grève générale qu'ait connue la Belgique remonte à décembre 2014. Les syndicats étaient alors en rogne contre les mesures prévues par le gouvernement Michel. Mercredi, ils s'en prendront aux employeurs du secteur privé, même si les organisations syndicales du secteur public se joindront également à la grève par solidarité.

  1. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  2. Un policier soupçonné de violences à Molenbeek mis à l’écart
    Play

    Un policier soupçonné de violences à Molenbeek mis à l’écart

    Un policier de la zone Bruxelles-Ouest a été filmé par un riverain lundi soir, dans la rue du Presbytère à Molenbeek-Saint-Jean, en train d'asséner des coups de pied et de poing dans la tête d'un suspect maîtrisé et au sol, selon une information diffusée mardi par La Capitale et la RTBF et confirmée par la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Koekelberg, Jette, Ganshoren et Berchem-Sainte-Agathe).