Plein écran
La jonction Nord-Midi sera fortement perturbée. © Photo News

Travaux à Bruxelles-Midi: voici le plan de transport alternatif

Mise à jourInfrabel procédera du 14 octobre au 11 novembre inclus à la modernisation de 65 signaux et 170 moteurs d’aiguillage situés au sud de Bruxelles-Midi. Ces travaux, qui permettront de passer d’une technologie électromécanique vers le digital, auront un impact significatif sur la capacité de la plus grande gare bruxelloise, ont annoncé Infrabel, la SNCB et la Stib mardi lors d’une conférence de presse. Un plan de transport alternatif a été élaboré en conséquence.

Deux plans alternatifs ont été mis en place, l’un pour les jours de semaine, l’autre pour les week-ends prolongés des 1-2-3 novembre et 9-10-11 novembre.

En semaine, 30 à 50% des aiguillages situés à l’entrée sud de Bruxelles-Midi seront figés pour renouveler leur moteur. 85% des 300 trains qui emprunteront la jonction Nord-Midi suivront leur itinéraire habituel. Douze trains P seront supprimés sur l’ensemble de leur parcours, dont un en provenance de Liège et Ans. Enfin, 35 trains P seront limités ou déviés vers d’autres gares bruxelloises (Jette, Bruxelles-Schuman, Bruxelles-Ouest et Mérode). Depuis Namur et Ottignies, deux trains P seront ainsi déviés vers Schaerbeek (avec arrêt à Bruxelles-Schuman). Depuis Charleroi, deux trains P seront déviés via Mérode. Depuis Mons, deux trains P seront déviés vers Bruxelles-Ouest. Enfin, depuis Tournai, un train P sera dévié vers Bruxelles-Ouest, un autre vers Mérode.

La Stib à la rescousse 

Depuis les gares de Bruxelles-Ouest et Mérode, les voyageurs sont invités à poursuivre leur trajet en empruntant le réseau Stib. Les abonnés SNCB auront la possibilité de commander en ligne un pass permettant l’accès au réseau de transports publics bruxellois pendant la durée des travaux.

Les longs week-ends, seules six voies seront accessibles à Bruxelles-Midi et uniquement depuis le nord, afin de faire circuler des trains d’essai sur chaque itinéraire possible. Aucun train ne circulera entre Hal et Bruxelles-Midi, où un service de bus sera assuré. Les trains internationaux venant de France seront déviés. Leur temps de parcours sera dès lors allongé avant de rejoindre Bruxelles-Midi. Sur la jonction Nord-Midi, un service de six trains par heure sera assuré dans chaque sens. L’aéroport de Bruxelles-National restera desservi depuis le centre-ville à raison de quatre trains par heure depuis Bruxelles-Nord et de deux trains par heure depuis Bruxelles-Midi. Les week-ends des 19-20 et 26-27 octobre ne sont pas concernés par ces mesures et le service habituel sera assuré.

Un mois de perturbations 

Le retour à la normale est prévu pour le 12 novembre, Infrabel assurant vouloir réduire au maximum les potentielles maladies de jeunesse des premiers jours de reprise du service.

La jonction Nord-Midi voit passer 218.000 voyageurs par jour dans quelque 1.200 trains, dont 300 aux heures de pointe. Quelque 27.000 voyageurs seront directement concernés par le plan de transport alternatif, soit 13.500 le matin et 13.500 le soir, selon la SNCB.

L’élaboration de ce plan de transport est le fruit d’une concertation menée entre Infrabel, la SNCB et la Stib. “Cette négociation a été essentielle et a permis de réduire de 80% les impacts attendus. La discussion a été intensive durant tout l’été”, a confié Benoît Gilson, General Manager Corporate & Public Affairs chez Infrabel. “Toutefois, tout n’a pas fonctionné comme prévu. Nous avions informé la SNCB dès décembre 2018 du chantier lors les deux longs week-ends. Par contre, nous les avons informés un peu trop tard pour la partie ‘semaine’. Nous nous en sommes excusés auprès de la SNCB.” 

  1. Child Focus lance une campagne choc contre la pédopornographie

    Child Focus lance une campagne choc contre la pédoporno­grap­hie

    Child Focus lance une campagne choc contre la pédopornographie à l'occasion de la Journée européenne pour la protection des enfants contre les abus sexuels, organisée le 18 novembre. L'organisation diffuse une vidéo qui est une reconstitution explicite d'abus sexuels sur un enfant, jouée par des adultes, afin de "créer un effet de choc, de briser les tabous autour de la problématique et de tirer la sonnette d'alarme".