Plein écran
Valérie Gerard, avocate de Life4Brussels, une association qui défend 196 victimes des attentats du 22 mars 2016. © Tim Dirven

Trois ans et demi après les attentats, “l’assureur leur donne l’impression qu’ils sont moins victimes qu’ils ne le pensent”

Plus de trois ans et demi après les attentats de Zaventem et de Bruxelles, il n’y a toujours pas de règlement clair des demandes et d’assistance aux victimes. Ils doivent négocier eux-mêmes avec les assureurs, ce qui n’est pas toujours facile. Le ministre promet des améliorations.

“Pourquoi les victimes du terrorisme doivent-elles continuellement se battre pour quelque chose à laquelle elles ont droit?” C’est ce que se demande Valérie Gérard, l’avocate de Life4Brussels, association représentant 196 victimes directes et indirectes, et qui a elle-même perdu une nièce dans les attentats. “Pour certains, c’est un véritable combat pour être suffisamment reconnu par l’expertise médicale. L’assureur leur donne l’impression qu’ils sont moins victimes qu’ils ne le pensent.”

Prenez l’histoire de Faisal El Abouzi, qui travaillait le 22 mars 2016 à un comptoir d’enregistrement à Brussels Airport. Il a déjà reçu une indemnisation, puis il a découvert que d’autres victimes avaient reçu des sommes d’argent beaucoup plus élevées. “Mais mon dossier était déjà fermé. Après un autre tas de paperasse et de courriels, il s’est avéré que j’avais droit à dix fois plus.”

Life4Brussels préconise depuis un certain temps déjà la création d’un fonds de garantie: une entité publique qui interviendrait rapidement et recouvrerait ensuite les coûts auprès des assureurs. En fait, c’était l’une des recommandations de la commission d’enquête parlementaire après le 22 mars. “Nous nous dirigeons vers une loi spéciale”, a fait savoir le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) à la Chambre cette semaine. Il travaille également sur un bureau central où les victimes d’un acte terroriste ou d’une catastrophe pourraient poser toutes leurs questions. C’était également une recommandation qui n’a toujours pas été mise en pratique.

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.