Trois nouvelles éditions de “Art au Centre” en 2020

Après une première édition qui a rencontré un franc succès, “Art au Centre” revient, en 2020, dans le centre-ville de Liège, pour trois nouvelles éditions. La première débutera en février.

Plein écran
© D.R.

Du 3 octobre au 31 décembre dernier s’est tenue, à Liège, une exposition peu commune. “Art au Centre” a été mis en place par les ASBL Mouvements Sans Titre et Liège Gestion Centre-ville dans l’optique de redynamiser l’ensemble des quartiers du centre-ville. Pendant trois mois, 21 cellules commerciales vides ont été les vitrines d’artistes contemporains liégeois, belges et étrangers qui y ont exposé leurs œuvres, offrant au visiteur un parcours artistique à travers la ville.

Pour cette première édition, plus d’un million de passants se sont arrêtées devant les 21 vitrines et les 23 artistes qui ont exposé. Selon les organisateurs, pas moins de 1.000 personnes ont été touchées via les réseaux sociaux et la plateforme www.artaucentre.be a attiré 1.500 visiteurs uniques. En outre, 700 personnes ont répondu présent lors du vernissage d’Art.

Galvanisés par le succès de la première édition tenue à l’automne 2019, les organisateurs ont décidé de relancer non une mais trois éditions pour 2020. “Le parcours de cette exposition accessible depuis l’espace public, ainsi que les textes explicatifs de chacune des vitrines pourront être consultés en français et en anglais sur le site internet du projet”, commentent les organisateurs.

La prochaine édition se tiendra du 6 février au 30 avril. 23 artistes se prêteront au jeu, et il en va de même des propriétaires des cellules commerciales inoccupées. “Plus encore que pour la première édition, Art au Centre#2 proposera des interventions faisant sens, en portant une attention particulière à leur appropriation et à la médiation culturelle et urbaine. Dans le viseur : compréhension des lieux d’exposition, co-conception, contenu socioculturel pour un public peu familier à l’art contemporain”, expliquent les organisateurs. Par ailleurs, des contacts ont été pris en ce sens avec l’ULiège et des collaborations qui impliqueront largement les étudiants sont envisagées.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.