Image d'illustration
Plein écran
Image d'illustration © Thinkstock

Trois policiers sanctionnés pour avoir joué au casino en ligne

La Commission des jeux de hasard a identifié lors de contrôles une douzaine de policiers joueurs. Trois d'entre eux, les premiers, ont été sanctionnés pour avoir joué à des jeux de casino en ligne, sur des comptes ouverts avec l'identité de tiers et avec du matériel informatique de la police, rapportent jeudi La Dernière Heure, De Morgen et Het Laatste Nieuws.

Un des policiers jouait depuis quatre ans, un autre jouait 1.500 euros tous les mois, précise la DH. Une policière encourait elle jusqu'à 60.000 euros d'amende administrative pour avoir ouvert un compte sous le nom de sa mère. Elle a joué 56.300 euros lors de 668 sessions de jeux en ligne, et 87 supplémentaires entre août 2015 et juin 2016, depuis des ordinateurs avec des adresses IP de la police. Elle a reconnu que le jeu avait "ruiné sa carrière" et a finalement écopé d'une amende administrative de 5.000 euros.

Une autre sanction a été prise par un policier qui a joué 86 fois pendant le mois de la Coupe du Monde, en usurpant l'identité de son beau-père. Il s'est vu infliger 208 euros. Enfin, un policier s'était servi du nom de sa sœur pour jouer en ligne entre juin 2014 et avril 2018, dont depuis un commissariat. Il a été condamné à 350 euros. Il s'agit des trois premiers policiers sanctionnés pour avoir joué en ligne. Neuf autres suivront. La loi du 7 mai 1999 interdit formellement les jeux de hasard aux policiers.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.