Plein écran
© belga

Trop peu de commandes, les coursiers Deliveroo en colère

UpdateUne dizaine de coursiers à vélo de la plateforme de livraisons de repas Deliveroo ont pris vendredi après-midi la direction du siège belge de la marque à Bruxelles pour se plaindre de leurs mauvaises conditions de travail. Ils constatent que, de plus en plus souvent, ils ont trop peu de commandes pour gagner suffisamment d'argent. Ils exigent dès lors toujours un salaire minimum de la part de l'entreprise.

"Normalement, vous avez besoin de 2,5 commandes par heure pour joindre les deux bouts. Mais, pour beaucoup de coursiers, ils ne peuvent en garantir qu'une par heure. C'est pourquoi nous réclamons un revenu horaire minimum de 12 euros", explique Jan Michels, du collectif de coursiers à vélo de Gand.

Concurrence
Les plaignants remarquent que trop de coursiers sont inscrits par session de travail. En conséquence, ils ne reçoivent pas assez de commandes, tandis que Deliveroo garantit que les repas sont livrés rapidement. Les commandes sont en outre déjà moins nombreuses en raison de la concurrence d'autres entreprises de livraison de repas. Les livreurs déplorent également la réduction par Deliveroo, sans préavis, des indemnisations pour chaque livraison.

"Chaque exigence que nous fixons réduirait leurs profits et ils vont tout faire pour les protéger. Ils comptent sur des cyclistes indépendants, mais nous demandons une base pour sortir de cette situation précaire, et cela pourrait nuire à leur modèle commercial", explique encore Jan Michels.

À leur arrivée au siège belge de Deliveroo, les portes sont restées fermées et les coursiers n'ont pas pu discuter avec la direction. Un manque d'écoute dont ils se plaignent depuis longtemps.

Réaction de Deliveroo

"Deliveroo est fier de créer un travail flexible et bien rémunéré à Bruxelles, qui permet aux coursiers de choisir quand et où ils veulent travailler, ce qui leur permet d'être leurs propres patrons. Deliveroo écoute attentivement les commentaires des livreurs et travaille dur pour résoudre les problèmes soulevés lors de nos réunions et entrevues régulières. Plus tôt dans la journée, l'équipe Deliveroo a rencontré des coursiers à Bruxelles", réagit un porte-parole de l'entreprise.

"En Belgique ces dernières semaines, l'équipe a rencontré plus de 100 coursiers à Louvain, Gand, Anvers, Anvers, Liège et 50 autres hier et aujourd'hui à l'heure du lunch à Bruxelles. En Belgique, les 2.600 coursiers avec lesquels nous travaillons gagnent en moyenne plus de 13,50 euros de l'heure. Nous continuerons à nous engager à travers le pays, à améliorer l'expérience de chaque livreur à chaque fois que nous en aurons l'occasion", conclut-il.