Plein écran
© photo_news

Uber X: la Fédération belge des taxis va faire appel

La Fédération belge des taxis interjettera appel du jugement rendu par le tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles estimant que le service UberX respecte le cadre légal bruxellois, a annoncé mercredi à Belga son administrateur délégué, Abdessamade Sabbani. "Cette décision est totalement incompréhensible. On ne lâche pas."

"Si Uber ne fait pas de taxi, qu'est-ce qu'il fait? La grande question est là. Transporter des personnes d'un point A à un point B contre rémunération, c'est du taxi! ", souligne M. Sabbani.

Les avocats de la Febet analysent en ce moment le jugement et les motivations mais comptent d'ores et déjà interjeter appel. "Uber ne se sert que de failles, et ça ne peut pas durer indéfiniment", poursuit l'administrateur délégué.

Pour Sam Bouchal, partie demanderesse dans ce dossier et ancien secrétaire de la Febet, le juge "semble avoir épousé la thèse Uber sur toute la ligne", déplore-t-il. "Si on a une once de bonne fois, il faut reconnaître qu'Uber est un service de taxi et rien d'autre!" M. Bouchal regrette également avoir pris connaissance du jugement par voie de presse.

Dans un jugement rendu la semaine dernière, le tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles a estimé que le service UberX, qui connecte les passagers avec des chauffeurs professionnels, respecte le cadre légal bruxellois.

Pascal Smet: "Le débat autour de la légalité d'UberX est clos"
Le jugement reflète la vision de la loi du ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, a réagi celui-ci mercredi. Tant le parquet que nos analyses juridiques ont toujours montré qu'UberX pouvait continuer de fonctionner à Bruxelles tant que les règles en vigueur étaient respectées, même si celles-ci sont obsolètes. Le débat sur la légalité d'UberX est maintenant clairement clos", souligne Pascal Smet.

"Ce jugement ne change rien au fait que nous devons réformer en profondeur ce secteur afin de créer des règles et conditions équitables pour tous. Notre porte reste ouverte à la concertation avec tous les acteurs du secteur." Le gouvernement bruxellois a approuvé l'an dernier un avant-projet d'une nouvelle législation sur le transport rémunéré de personnes, mais avait commandé une étude à la demande du secteur des taxis et des partenaires sociaux, ce qui a retardé la réforme. Les résultats sont attendus au printemps.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.