Illustration
Plein écran
Illustration © Photo News

Un an de prison pour un voyageur qui avait présenté un test PCR falsifié

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a prononcé mardi une peine d'un an de prison à l'encontre d'un homme qui avait tenté de prendre l'avion à l'aéroport de Bruxelles muni d'un test PCR falsifié. Il s'agit de la première condamnation de ce type depuis l'annonce, le 27 avril, par le Conseil des procureurs généraux, que des mesures strictes seraient prises contre ces infractions. Entre le 19 avril et le 11 juin, 576 personnes ont été arrêtées à l'aéroport de Bruxelles avec un test PCR falsifié.

  1. Les centres de test confrontés à plus d'agressivité de la part des voyageurs: “Nous ne sommes pas une agence de voyages”

    Les centres de test confrontés à plus d'agressi­vité de la part des voyageurs: “Nous ne sommes pas une agence de voyages”

    Plus de 70 % des centres de test affirment avoir subi davantage d’agressions envers leur personnel au cours des dernières semaines, rapporte Domus Medica, une association des médecins généralistes, à VTM Nieuws. Il s’agit principalement d’agressions verbales de la part de personnes qui ont besoin d’un test pour voyager. “Nous comprenons que de nombreuses personnes attendent avec impatience les vacances et que chacun aspire à une vie sans Covid-19. Cependant, nous ne sommes pas là pour entraver ou rendre difficile les déplacements, comme beaucoup le prétendent, mais plutôt pour combattre le Covid.”
  1. Les grands centres de vaccination ferment leurs portes: et après, on fait quoi?

    Les grands centres de vaccinati­on ferment leurs portes: et après, on fait quoi?

    Clap de fin amorcé. La majorité des grands centres de vaccination wallons et bruxellois ferment progressivement leurs portes. Un tournant majeur dans la campagne. À quoi ressemblera-t-elle dans les semaines et mois à venir? Comment convaincre les indécis? Place au travail de terrain renforcé et à la proximité. “C’est très intéressant d’évoluer de plus en plus vers un système intégré à la première ligne de soins, aux structures existantes, à la médecine générale”, se réjouit Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur de santé publique à l’ULB.
  2. État des lieux dans un Walibi dévasté: “Les moteurs de toutes les attractions doivent être inspectés à nouveau”

    État des lieux dans un Walibi dévasté: “Les moteurs de toutes les attracti­ons doivent être inspectés à nouveau”

    Il y a d’abord eu la pandémie, puis l’inondation. Résultat: un parc de nouveau privé de ses clients. À Walibi, il reste encore des semaines à passer à nettoyer la boue, les caisses enregistreuses et à réparer les moteurs avant que le parc ne puisse rouvrir, vers la mi-octobre. Une journaliste d’Het Laatste Nieuws s’est rendue sur place pour mesurer les dégâts.