Plein écran
Nick Van Den Borre avait 39 ans et venait de se découvrir une passion pour la randonnée en montagne © Ronny De Coster

Un Belge fait une chute mortelle en Corse pendant que sa famille profite à l’hôtel

Alors que son épouse et leur fils de 5 ans étaient à la piscine de leur hôtel en Corse, un Belge de 39 ans est mort en escaladant une montagne au Val d’Ese. Les secouristes ont découvert son corps après une longue opération de recherches à l’aide d'un hélicoptère. “Il est probablement mort sur le coup”, témoigne son père dans Het Laatste Nieuws.

Cela devait être du “quality time” en famille, mais le voyage en Corse d’une famille de Belges a tourné au cauchemar lorsque Nick Van Den Borre, de Opbrakel en Flandre occidentale, n’est pas revenu à l’hôtel où l’attendaient sa femme Eveline et leur petit garçon de 5 ans. Leur escapade dans le sud devait se dérouler en deux temps. Le père de 39 ans devait d’abord passer les trois premiers jours à arpenter les cols de l’île de Beauté afin de s’adonner à sa passion et grimper quelques montagnes en solo tandis que sa famille restait tranquillement profiter de la piscine de l’hôtel au pied de la montagne. Le joyeux trio devait ensuite regagner un autre hôtel pour des vacances de rêve tous ensemble.

“Il ne donnait pas de nouvelles, mais le signal GSM n’est pas bon”

Mais dès le premier jour, les vacances ont pris un tout autre tour. Nick Van Den Borre a quitté l’hôtel de Belgodère mercredi matin pour rejoindre, à 1h30 en voiture de là, la zone montagneuse du Val d’Ese. Située au centre de l’île, cette station de ski en hiver est une destination chérie par les randonneurs en été. “Eveline n’avait pas eu de nouvelles de Nick de toute la journée, mais elle ne s’est pas inquiétée immédiatement car le signal GSM n’est pas optimal dans la région”, explique Martin, le père de la victime. Mère et fils ont donc naïvement continué à jouer dans la piscine jusqu’à l’heure du dîner.

Tombé d'une rampe

“Mais à 19h30, alors qu’elle n’avait toujours pas eu Nick au téléphone, elle a vraiment commencé à se faire du souci. Elle nous a d’abord appelés pour savoir s’il nous avait contactés. Une heure plus tard, la police était prévenue. Vu qu’Eveline connaissait son itinéraire exact, elle a pu signaler où il s’était garé. La voiture était bien à l’endroit prévu, mais aucune trace de Nick, qui n’avait donc pas regagné son véhicule. C’est là qu’une opération de grande envergure a été lancée, avec l’appui d'un hélicoptère, pour le retrouver”. Les recherches ont dû s’arrêter au coucher du soleil. “Jeudi matin, vers six heures, l’hélicoptère s’est envolé à nouveau et a rapidement retrouvé le corps de Nick. Il était tombé en faisant une rampe et a dû être tué sur le coup”, poursuit son père.

Nouvelle passion après le football

Nick Van Den Borre avait attrapé le virus de la randonnée de haute montagne l’an dernier seulement. Il était un footballeur aguerri et entraîneur dans plusieurs clubs provinciaux. “Il a lui-même joué au foot durant 20 ans et a été entraîneur durant 15 ans. Il a arrêté à la naissance de son fils et mettait sa famille au premier plan. Mais il restait passionné par le sport et l’an dernier, après une première randonnée en montagne, il s’est découvert une nouvelle passion. Il attendait cette escapade de trois jours qu’il avait préparée avec beaucoup d’impatience. Bien sûr, nous lui disions toujours d’être prudent et je ne pense pas qu’il ait jamais pris de risque. A-t-il glissé? A-t-il été surpris par un obstacle? Nous ne le saurons jamais. Tout ce que la police a pu nous dire avec certitude, c’est que c’est un accident”, poursuit le père du trentenaire. 

“Il est mort en faisant ce qu’il aimait, mais c’est une maigre consolation”

Sa veuve et son petit garçon Matts sont sur le trajet du retour vers la Belgique. Vu que tous les vols directs sont pris à cause de la haute saison, ils devront voler jusqu’à Paris puis rentrer en taxi. “Ils veulent rentrer au plus vite, le rapatriement du corps de Nick aura lieu lundi ou mardi. Nous ne réalisons pas encore bien. Nous étions si proches de notre fils. Notre seule consolation est bien maigre: il est décédé en faisant quelque chose qu’il adorait”, concluent les parents effondrés.