Plein écran
L'internaute injurieux n'a pas été condamné pour calomnie et évite une peine maximale d'un an de prison © RTL (capture d'écran)

“Un bon flic est un flic mort”: l’internaute passe à la caisse

L’homme qui avait eu des propos inadéquats après la fusillade de Liège a été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles, ce 15 novembre, à une amende de 4.000 euros. Le Bruxellois s’était excusé mais le procureur du Roi avait requis la peine maximale pour calomnie, soit un an de prison.

La justice n’aura finalement retenu que le chef de propos injurieux envers les forces de l’ordre et a condamné O.E.M. à une lourde amende pour avoir écrit sur Facebook “Un bon flic est un mort” puis “Un assassin qui meurt, ça ne me choque pas”. La défense avait plaidé l’acquittement et estimé que les propos épinglés, “bien que détestables”, relevaient de la liberté d’expression voire d’un délit de presse et ne relataient pas des faits précis. 

Ces injures avaient pourtant été publiées le 9 septembre, jour de la grave blessure par balle à la tête de l’agent Maxime Pans, toujours hospitalisé aujourd’hui. L’auteur avait plaidé le “second degré”.

Dans une réaction officielle, le chef de corps de Liège a salué le jugement du tribunal correctionnel de Bruxelles: “Le juge n’a retenu aucun argument de la partie adverse (...) et condamné l’auteur au maximum de la peine d’amende soit 4.000 euros selon l’article 448 alinéa 2 du code pénal. Les policiers de la zone de police de Liège et du royaume avaient été particulièrement choqués par les propos immondes, irrespectueux et inadmissibles tenus par l’auteur. Ils se voient ici soutenus par la justice; c’est important car chaque jour, alors que la dangerosité du métier augmente, ils sont victimes d’injures dans l’exercice de leurs fonctions, sur la voie publique ou sur les réseaux sociaux”.

  1. Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    L'organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s'est constitué partie civile dans le cadre d'une action pénale lancée à l'encontre de Talal Magri, professeur de religion islamique à l'Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy, a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE. Une procédure d’écartement a été prise à son encontre.