Illustration: soins intensifs à Verviers
Plein écran
Illustration: soins intensifs à Verviers © EPA

Un bonus de 1.450 euros pour les médecins, infirmiers et pharmaciens?

Mise à jourLes docteurs, infirmières et pharmaciens, et toutes les autres professions de soins dans les hôpitaux bénéficieront-ils d'une "prime ­Covid-19" de 1.450 euros? Ce serait l’objet d'une mesure sur laquelle le gouvernement Wilmès se serait entendu jeudi soir pour mitiger l'impact de la pandémie, selon De Tijd qui avançait ce matin environ 10.000 demandes et une facture de 14,5 millions d'euros. Mais le ministre des Finances Alexander De Croo nuance: aucune décision n’a pour l’heure été prise. 

Le gouvernement planche sur une nouvelle batterie de mesures dans le contexte de crise lié à la pandémie de coronavirus.  Le gouvernement souhaiterait avant tout prévoir une incitation pour les personnes à pied d'œuvre. 

Une première série de propositions prendrait la forme d'incitants pour les personnes qui continuent et continueront à travailler. Il s'agit d'un "bonus corona", que le ministre des Finances, Alexander De Croo (Open Vld) avait déjà soumis. L'idée est de permettre aux entreprises de verser une prime de 1.000 euros, sans être assujetties à des contributions sociales ou fiscales. Mais le ministre a précisé ce vendredi matin sur les ondes de Radio 1 que rien n’a pour l’heure été fixé. 

“Pour l’instant, toutes les pistes sont étudiées et l’idée est d’élargir la manœuvre au-delà du secteur des soins”, a-t-il précisé. Il espère pouvoir présenter sous peu des mesures effectives mais aussi soutenir les secteurs actuellement en manque de main d'œuvre, comme l’agriculture. 

Le PS veut un bonus pour tous les “héros du quotidien”

Le PS souhaite que la prime en discussion au gouvernement ne se limite pas au personnel soignant des hôpitaux mais à toutes les personnes qui continuent à travailler et à servir la population malgré l’épidémie de coronavirus.

“Nous voulons récompenser tous les héros du quotidien, qui continuent à travailler et à servir la population”, a expliqué la porte-parole du PS.

La prime telle qu’évoquée dans la presse ne serait en outre qu’une réponse très temporaire aux problèmes structurels que vit le secteur des soins de santé et qui impliquent, selon les socialistes, de refinancer celui-ci, d’améliorer les conditions de travail, de revaloriser les salaires, etc.

Le PS juge encore que la crise actuelle démontre la nécessité d’une revalorisation salariale plus générale puisque, dans une bonne partie des secteurs toujours sur le pont, l’on rencontre de nombreux travailleurs payés au salaire minimum.

Alexander De Croo (Open Vld)
Plein écran
Alexander De Croo (Open Vld) © Photo News