Un boucher de Jumet appelle au stockage de vivres suite au coronavirus

Mise à jourLa panique gagne toujours certaines personnes. Les magasins restent pris d’assaut par certaines personnes. Pourtant, les autorités fédérales et les magasins eux-mêmes assurent que ce n’est pas nécessaire. Les produits sont en suffisance pour encore de nombreux mois.

Un boucher de Jumet, Selman Erdogan, vient de partager une vidéo de l’intérieur d’une maison remplie de marchandises. Des bouteilles d’huile à n’en plus compter, des boîtes de conserve, du sel en profusion, des paquets de pâtes, des oreillers, du shampooing, des bouteilles d’eau... Il y en a partout. Sur le frigo, sur les meubles de cuisine, dans les armoires et même dans le salon ou dans les chambres! Une vraie caverne d’Ali Baba!

En commentaire au-dessus de la publication sur Facebook: “Du jamais vu!”. Mais par la suite, Selman Erdogan a annoncé lui-même qu’il allait faire quelques provisions. Ce qui a suscité pas mal de critiques sur sa page Facebook. Il a donc réagi dans une vidéo: “A ce qu'il paraît, je stresse tout le monde. Je ne stresse personne. Je n’ai pas demandé de stresser.”

Explications

Et il explique pourquoi il en est venu à prendre une telle initiative: “Il y a quelques jours d’ici, je n’avais pas fait un kilo de pâtes comme courses. Parce que je ne prenais pas ça trop au sérieux. (...) À partir du moment où il y aura interdiction d’être sur la voie publique sans autorisation et que vous n’avez pas fait de provisions, il y aura certainement des services qui seront mis en place pour les livraisons et tatati, tatata... Mais pour faire une distribution alimentaire ne serait-ce que pour une ville comme Charleroi, vous vous imaginez combien de personnes doivent courir, préparer les commandes, faire une livraison ou bien conduire les gens... C’est un bordel.”

La décision du président français, Emmanuel Macron, de durcir le confinement pour sa population n’est sans doute pas étrangère à sa réflexion.

Appel

Quoi qu’il en soit, Selman Erdogan pousse son raisonnement encore plus loin et lance un appel... à suivre son exemple! “Je vais vous demander de faire des provisions de ce que vous pouvez. Il y en a peut-être qui vont rigoler. Il y en a peut-être qui vont dire que je suis fou. Mais je ne suis pas fou. Même si vous ne trouvez pas de la farine ou des pâtes, prenez ce qu’il y a! Même des biscuits. Vous voyez biscuits ? Même ça. Biscuits, chocolat... Tout ce qui peut couper un peu la faim. C’est un dépannage.”

Sa vidéo n’est restée que quelques heures en ligne. Mais plusieurs enregistrements précédents témoignent de sa position.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.