Sophie Wilmès, Première ministre.
Plein écran
Sophie Wilmès, Première ministre. © Photo News

Un Conseil national de sécurité pourrait se tenir fin de la semaine prochaine

Le Conseil national de sécurité (CNS) pourrait se réunir à nouveau à la fin de la semaine prochaine, annoncent vendredi les journaux de Sudpresse et Het Laatste Nieuws.

  1. Une activiste de XR dénonce la brutalité de son interpellation

    Une activiste de XR dénonce la brutalité de son interpella­ti­on

    Le mouvement Extinction Rebellion (XR) dénonce mardi matin des brutalités policières lors de l'interpellation lundi soir d'une de ses activistes âgée de 72 ans, lors d'une action pour appeler la coalition Vivaldi à faire de la crise écologique une priorité politique. Cette dernière a l'intention de porter plainte. Aucun fait problématique n'a été signalé par les policiers gérant cette intervention, a rapporté Ilse Van de keere, porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles.
  2. Prison ferme pour l'un des responsables de la mort de Priscilla Sergeant dans une nouvelle affaire

    Prison ferme pour l'un des responsa­bles de la mort de Priscilla Sergeant dans une nouvelle affaire

    A., l'un des mineurs impliqués dans la mort de Priscilla Sergeant en 2012, a été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles à une nouvelle peine d'un an de prison pour une bagarre. Le jeune homme a plaidé la légitime défense mais le tribunal ne l'a pas suivi dans son raisonnement. A., qui a été réprimandé en juillet 2019 pour son rôle dans la mort de Priscilla Sergeant, écope de sa septième condamnation correctionnelle et de sa cinquième pour des faits de violence.
  3. Marc Van Ranst au tribunal, accusé de détruire l'économie: “Cette affaire est particulièrement ridicule”

    Marc Van Ranst au tribunal, accusé de détruire l'économie: “Cette affaire est particuliè­re­ment ridicule”

    Marc Van Ranst a dû comparaître ce lundi matin devant un tribunal civil à Malines après une plainte de l’entrepreneur flamand Rudi De Kerpel, qui accuse le virologue de porter préjudice à l’économie avec ses déclarations qu’il juge “irréfléchies.” L’affaire a néanmoins été reportée lors de la séance d’ouverture et sera examinée sur le fond le 3 novembre prochain. Selon Marc Van Ranst, cette action en justice n’a qu’un seul objectif: lui faire perdre son temps.