Plein écran
Sam Van Rooy. © Belga/ Twitter

Un député Vlaams Belang dérape sur Twitter: “Un message écœurant, sans aucun doute”

 Telle est la réaction du chef de groupe N-VA au Parlement flamand, Matthias Diependaele, à la lecture d'un tweet d'un élu Vlaams Belang qui agitait la toile jeudi.

Dans ce tweet, le député flamand Sam Van Rooy (VB), nouvellement élu, se réfère à un article de presse selon lequel une piscine à Utrecht (Pays-Bas) a instauré des horaires différents pour les jeunes et les familles par crainte que les premiers ne harcèlent les secondes.

"Je connais une 'piscine' où ces 'jeunes qui dérangent' peuvent aller nager séparément à leur 'propre horaire': la Mer Méditerranée", a écrit l'élu d'extrême droite.

Il veut l’expulsion de “cette racaille en grande majorité marocaine”

Beaucoup d'internautes se sont indignés en y voyant une allusion aux innombrables noyades de migrants tentant de rejoindre le continent européen en traversant la Méditerranée. Mais pour Sam Van Rooy, ce serait un procès d'intention destiné à lui faire du tort et à justifier le cordon sanitaire. Mais à Belga, il a expliqué avoir voulu dire qu'il voulait l'expulsion de "cette racaille en grande majorité marocaine".

Ce genre de publication et de propos peut avoir une influence sur la formation du gouvernement flamand, alors que la N-VA discute toujours avec le Vlaams Belang. Car l'Open Vld et le CD&V répètent depuis des semaines leur refus de s'asseoir à la même table que le parti d'extrême droite, en invoquant notamment des propos de Filip Dewinter, Dries Van Langenhove et Sam Van Rooy. Ce dernier a reçu le soutien de son président de parti Tom Van Grieken et du chef de groupe Chris Janssens, à la suite de son tweet.

“Ce message relève de la responsabilité de Van Rooy”

A la N-VA, tandis que Matthias Diependaele qualifiait la publication de Sam Van Rooy d'écœurante, l'on tentait de calmer les esprits. "Ce message relève de la responsabilité de Van Rooy. Nous avons toujours dit que nous devions prendre au sérieux le signal de l'électeur et parler de contenu avec le parti qui a gagné beaucoup de voix aux dernières élections", commentait-on.

Sam Van Rooy, 33 ans, est le porte-parole du Vlaams Belang anversois. Filip Dewinter en a fait son successeur dans la métropole.