Plein écran
La sœur du détenu dans le bureau de l’avocat Frank Scheerlinck. © Wannes Nimmegeers

Un détenu porte plainte contre le gouvernement: “Les rats rampent jour et nuit sur son corps”

Pour la première fois, le gouvernement est visé par une plainte pour "traitement inhumain" d'un détenu, un homme d'une vingtaine d'années originaire de Genk, placé derrière les barreaux de la prison de Saint-Gilles en attente de son procès, rapportent Het Laatste Nieuws et De Morgen mercredi.

Pour la famille du détenu, en détention provisoire pour suspicion de faits qualifiés de graves, la coupe est pleine: sa sœur affirme que les conditions sont "médiévales". Avec l'avocat du détenu Frank Scheerlinck elle a introduit une plainte, et un juge d'instruction examine si les conditions peuvent bien être retenues comme "inhumaines". 

"Les rats rampent jour et nuit sur son corps et mangent ses vêtements et sa nourriture. Mon client bénéficie de la présomption d'innocence, mais est en fait torturé par le gouvernement. En outre, il ne peut se doucher qu'une fois par semaine, si le bon gardien est présent", affirme M. Scheerlinck.

Ce gardien serait le seul à ce soucier du détenu. "Les autres refusent de parler en néerlandais, alors que mon frère ne connait pas un mot de français", déplore la soeur du prisonnier. 

Selon l'administration pénitentiaire, il n'y a plus de problème concernant des rats à Saint-Gilles.