Photo d'illustration
Plein écran
Photo d'illustration © Getty Images/iStockphoto

Un DJ set dans la rue du bourgmestre à Izegem: “Ce n’était pas une fête de quartier”

Malgré les mesures de confinement, un habitant d’Izegem s’est autorisé à organiser une petite fête devant son domicile samedi soir. La police locale est intervenue pour mettre un terme aux festivités. Parmi les fêtards, le bourgmestre Bert Maertens (N-VA), qui relativise l’incident.

Aux alentours de 20h, la police a été appelée par un voisin dans la Voetbalstraat, à Izegem, en Flandre Occidentale. Set de DJ, bac de bière, éclairage, musique: une trentaine de personnes s’étaient rassemblées pour faire la fête devant le domicile d’un riverain. “Les personnes se tenaient beaucoup trop près les unes des autres”, affirme une source policière. 

Les agents ont alors demandé de stopper les festivités et exigé que tout le monde rentre chez soi, ce qui aurait provoqué des huées. Le bourgmestre Bert Maertens, qui habite dans la rue et qui aurait toutefois participé à distance, relativise l’affaire.

“Une tempête dans un verre d’eau”

Pour lui, ce n’est qu’une “tempête dans un verre d’eau” et l’initiative avait justement été lancée pour soutenir le personnel soignant. Toutefois, il reconnait qu’en ces temps de coronavirus, c’était “peut-être imprudent”.

“La femme du DJ travaille dans les soins de santé et l’idée était de soutenir les prestataires de soins. J’ai trouvé cela très réconfortant en ces temps sombres”, explique le maïeur. “J’ai un rôle d’exemple, je m’en rends compte. Cette initiative était bien intentionnée, mais je ne laisserai pas cela se reproduire”.

Un PV sera dressé pour l’infraction. Des amendes pourraient également être données à l’organisateur et aux participants, selon Het Nieuwsblad.

Bert Maertens (N-VA) le bourmgestre d'Izegem
Plein écran
Bert Maertens (N-VA) le bourmgestre d'Izegem © Joke Couvreur

La réaction de Bert Maertens

Chers amis,

Un habitant sympa du quartier a organisé un petit DJ set depuis son garage samedi vers 20 h, comme cela se fait dans des centaines d’autres communes. Il se trouve que cela se déroulait dans la rue du bourgmestre. Tout le monde se trouvait à une certaine distance des autres familles, ce que j’ai moi-même tenu à rappeler depuis ma propre allée et je les en remercie. 

Ce n’était en aucun cas une “fête de quartier”, mais une initiative chaleureuse en l’honneur du personnel médical et soignant en ces temps difficiles. Il n’y a rien de mal à cela. Je suis fier que les habitants d’Izegem organisent de tels moments. Toutefois, nous devons veiller à ce qu’une telle initiative ne conduise pas à quelque chose qui pourrait être considéré comme un rassemblement, même si les gens respectent une distance suffisante. C’est pourquoi, après m’être entretenu brièvement avec les policiers, j’ai moi-même suggéré aux participants d’arrêter l’initiative, afin d’éviter toute ambiguïté ou tout risque. Cela a été fait immédiatement. Il ne s’agit donc certainement pas d’une fête de quartier, mais d’une belle action spontanée d’un riverain motivé.

Ce qu’écrit un journal aujourd’hui à ce sujet est donc de la pure manipulation, avec des informations erronées et des affirmations qui ne correspondent pas du tout à la réalité. Prenez soin les uns des autres et soyez prudents.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.