Plein écran
Les avocats Mohamed Ozdemir et Abderrahim Lahlali plaident pour que leurs clients soient transportés le plus rapidement possible dans un endroit sûr. © Thomas Nolf

Un djihadiste et trois veuves de l'EI assignent l'État belge pour être rapatriés de Syrie

mise à jourLes avocats Abderrahim Lahlali et Mohamed Ozdemir veulent contraindre l’Etat belge à rapatrier de Syrie un combattant blessé, trois mères et leurs dix enfants. L’affaire sera examinée mercredi de la semaine prochaine, a indiqué lundi Me Lahlali, confirmant une information de la presse flamande.

Les avocats représentent trois femmes de membres de l’EI -Nadia Baghouri, Jessie Van Eetvelde et Sabah Hammani-, le combattant Adel Mezroui et dix enfants âgés de six mois à sept ans. Les femmes et enfants se trouvent dans le camp d’Al-Hol, soit à l’extérieur de la zone tampon contrôlée par la Turquie, tandis qu’Adel Mezroui est détenu dans la prison kurde d’Al-Hasakah, sans aide médicale alors qu’il est blessé.

Mes Lahlali et Ozdemir soulignent dans leur citation que les enfants sont gravement sous-alimentés et qu’ils souffrent de diarrhée chronique. Un garçon est aussi amputé du bras droit. “Ils font face à toute une série de manquements médicaux. Nous avons des obligations internationales vis-à-vis des mineurs en situation d’urgence, nous devons les protéger. Le gouvernement a fait un autre choix par manque de courage politique”, dénonce Me Lahlali. “Sur place, ces mineurs d’âge ne peuvent compter que sur leur mère.”

Les avocats exigent que leurs clients soient ramenés en sûreté le plus rapidement possible, en Belgique ou ailleurs. “Nous ne réclamons pas de pont aérien ou l’envoi de militaires sur place, mais bien que tous les moyens diplomatiques soient mobilisés pour qu’ils puissent être soignés”, détaille encore Me Lahlali.

En l’absence de réaction de l’Etat belge, les conseils réclament une astreinte de 7.500 euros par jour et par personne, avec un plafond de 1,5 million par demandeur.

Mes Lahlali et Ozdemir fustigent l’attitude du gouvernement, qui ignore les avis du procureur fédéral Frédéric Van Leeuw et du patron de l’Ocam Paul Van Tigchelt. Ces derniers ont encore plaidé la semaine passée, en commission de la Chambre, en faveur du rapatriement.

  1. Jean-Claude Marcourt dénonce une “dérive totale”:  “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jean-Clau­de Marcourt dénonce une “dérive totale”: “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jusqu'ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l'homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. "On ne peut qu'être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds!", s'offusque celui dont la responsabilité dans l'affaire a parfois été pointée du doigt.