Plein écran
© Mathias Mariën

Un dresscode suggéré aux vacanciers à Knokke:
évitez le maillot de bain en rue

Knokke, station balnéaire huppée de la côte belge, incite ses vacanciers à ne pas se promener dans les rues en maillot de bain, relaye la RTBF. 

Des pictogrammes ont été peints sur le sol montrant le dresscode à adopter. Maillot de bain et tongs sur la plage; T-shirt, robe et chaussures (pour les femmes, à talons de préférence) dans les rues commerçantes. Si vous êtes du genre à vite faire vos courses après la plage en claquettes et torse nu, évitez de prendre vos vacances à Knokke. 

Des riverains se seraient plaints du comportement vestimentaire de certains touristes. “Certaines personnes n’ont visiblement pas reçu l’éducation pour comprendre que vous n’arpentez pas le Lippenslaan torse nu, en maillot de bain et tongs”, explique l’échevin du Tourisme Anthony Wittesale au Standaard, qui précise que ce dresscode n’est pas obligatoire. “Knokke n’est pas élitiste, mais nous voulons offrir de la qualité”, conclut-il.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.
  2. L'expérience sociale sur le coronavirus victime de détournements

    L'expérien­ce sociale sur le coronavi­rus victime de détourne­ments

    La vidéo de l’initiative citoyenne “Would You React?” consacrée au racisme anti-asiatique en lien avec le coronavirus Covid-19 et tournée dans le métro bruxellois fait l’objet de détournements sur les réseaux sociaux, alerte dimanche son auteur, Jonathan Lambinet. Suite aux milliers de vues d’une publication trompeuse, l’Agence France-Presse (AFP) y a même consacré vendredi un article de fact-checking, recadrant la caméra cachée qui met en scène des actrices à la base des -fausses- agressions.