Giancarlo était dans la force de l'âge.
Plein écran
Giancarlo était dans la force de l'âge. © Facebook Giancarlo Agostino Di Maria

Un jeune Bruxellois emporté par le Covid-19: “Vous ne choperez pas ce virus, c’est lui qui vous chopera”

Giancarlo Agostino Di Maria, un Bruxellois d’origine italienne, est décédé ce dimanche suite à des complications respiratoires après avoir contracté le coronavirus. Le jeune homme d’une quarantaine d’années, sportif et sans antécédents médicaux connus, avait été admis à la clinique Sainte-Anne à Anderlecht au début de la semaine dernière et placé sous respirateur mercredi. Une nouvelle preuve, s'il en fallait encore, que le Covid-19 tue même les plus forts d’entre nous. Meurtrie, sa famille appelle à respecter scrupuleusement les mesures de confinement afin de lutter contre la propagation du virus, qui fait de nouvelles victimes chaque jour en Belgique.

Né en Sicile, Giancarlo Agostino Di Maria est arrivé avec sa famille en Belgique alors qu’il n'était encore qu’un enfant. William Verstappen, l’un de ses amis, lui a rendu hommage en publiant un message émouvant sur Facebook.

Un ancien joueur de l’Union

Hier soir, Giancarlo s’en est allé. Il avait 40 ans. Je l’ai connu à 12 ou 13 ans. Il était alors un garçon timide, même réservé. Grand fan de football, il était un fervent supporter de la Squadra Azzura, de la Juventus et, chez nous, du Standard. Lui-même avait joué en club. Il portait fièrement les couleurs jaunes et bleues de l’Union Saint-Gilloise, où il avait fait ses classes. Il détestait les maths, mais possédait un beau coup de crayon. Des centaines, si pas des milliers d’élèves de Saint-Boniface ont pu, durant des années, admirer une de ses œuvres : le « Piaf » de Dan Salel monumental qui ornait une des classes de rhéto de l’Institut, c’était lui. C’était l’époque de l’insouciance : des nuits entières à jouer aux premières versions de Fifa, aux cours de conduite improvisés, aux premières vacances sans les parents, comme ce formidable séjour à Londres.. Est ensuite venu le temps des premiers choix. Attiré par les nouvelles technologies et l’informatique, il allait l’étudier pour ensuite en faire son métier. Sicilien, il avait un tempérament chaud et revenait rarement sur une décision. Mais ceux qui avaient percé l’homme savaient qu’il avait le cœur sur la main.” (Lire la suite sous la publication)

Informaticien au Parlement européen

Giancarlo travaillait en tant qu’informaticien pour le Parlement européen. Il est devenu la première personne à être tuée par la pandémie au sein des institutions européennes, confirmait ce lundi une porte-parole de l’institution.

Un adepte du crossfit

L’état de santé du jeune quadragénaire n’a pas été révélé par respect du secret médical mais selon ses proches, Giancarlo était en parfaite santé et sans antécédents médicaux. Depuis quelques années, il pratiquait le crossfit, une discipline extrêmement physique.

Quelques heures avant son décès, sa soeur Lili appelait la population à respecter les mesures de protection prises afin de lutter contre la propagation du virus, qui lui a finalement pris son frère. 

“Vous ne choperez pas ce virus, c’est lui qui vous chopera!”

“Vous savez que je n’ai pas pour habitude de m’épancher sur les réseaux sociaux. Si je le fais aujourd’hui, c’est pour ouvrir les yeux de celles et ceux qui ont encore des doutes sur le bien-fondé des restrictions imposées, pour celles et ceux qui crient au grand complot, pour celles et ceux qui “n’ont pas peur”. Vous ne choperez pas ce virus, c’est lui qui vous chopera!”, écrivait-elle ce samedi sur Facebook. “Je vois passer de nombreux posts sur FB. Une question vue ce matin: “qu’est-ce qui te manque le plus dans ce confinement?”. En ce qui me concerne, une seule chose me manque: pouvoir tenir la main de mon frère qui se bat seul contre cette merde depuis mercredi”, confiait Lili avait de remercier le personnel soignant mais aussi toutes celles et ceux qui travaillent pour fournir à la population ce dont elle a besoin pour vivre et pour que la Belgique tourne encore. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.