Plein écran
Illustration. © Photo News

Un jeune déficient mental séquestré et violenté dans une habitation à Rixensart

Quatre mandats d'arrêt ont été délivrés vendredi à l'encontre des auteurs présumés de la séquestration, dans une habitation à Rixensart, d'un jeune déficient mental originaire de Charleroi, a-t-on appris mardi auprès du parquet du Brabant wallon.

Le lundi 11 novembre, une Brabançonne âgée d'une vingtaine d'années a piégé un Carolorégien né en 1993 en attirant celui-ci dans l'habitation d'un quadragénaire domicilié à Rixensart. Un autre individu né en 1994 et une jeune femme née en 1995, tous deux aussi originaires du Brabant wallon, étaient alors présents dans l'habitation rixensartoise. Les protagonistes ont violenté le jeune homme, le dénudant, le rouant de coups et lui occasionnant des brûlures à l'aide d'un allume-cigare. Ils ont ensuite abandonné leur victime dans la région de Namur. 

Blessé, le garçon est parvenu à rentrer chez lui en train. Des membres de sa famille ayant aussitôt alerté les autorités judiciaires, l'intervention d'un médecin légiste a été requise par le parquet du Brabant wallon. Un juge d'instruction a ensuite été saisi du dossier. 

Après avoir ordonné des perquisitions et entendu les suspects, le magistrat instructeur a placé les quatre individus sous mandat d'arrêt, vendredi, du chef de vol avec violence, traitements inhumains et dégradants, détention arbitraire ainsi que coups et blessures ayant entraîné une incapacité. 

  1. Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    L'organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s'est constitué partie civile dans le cadre d'une action pénale lancée à l'encontre de Talal Magri, professeur de religion islamique à l'Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy, a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE. Une procédure d’écartement a été prise à son encontre.