Image d'illustration.
Plein écran
Image d'illustration. © Getty Images/Cultura RF

Un médecin bruxellois viré de sa colocation à cause de son travail

Un médecin-assistant bruxellois a été mis à la porte par ses colocataires de peur qu’il ne ramène le coronavirus à la maison, rapporte la revue Le Spécialiste. 

Le jeune homme, qui travaille en tant que médecin-assistant en chirurgie dans un hôpital de Bruxelles, a témoigné auprès du média médical. Il affirme que ses trois colocataires lui ont fait part de leurs craintes lundi dernier. 

“Comme médecin, nous sommes juste bons à aller à l’hôpital”

Si le jeune médecin leur a assuré qu’il n’était pas en contact direct avec des patients atteints du Covid-19, ceux-ci n’ont rien voulu entendre et l’ont prié de faire ses valises. Le jeune homme dénonce une réaction “primaire et collective” de la part de personnes qu’il connait pourtant depuis de nombreuses années. “Comme médecin, nous sommes juste bons à aller à l’hôpital”, fustige-t-il.

D’autant plus que lorsqu’il est revenu chercher ses affaires, ses désormais ex-colocataires faisaient la fête avec d’autres personnes, faisant fi des règles de confinement instaurées pour lutter contre la propagation du virus, explique-t-il.

Le futur chirurgien n’a eu d’autre choix que de retourner vivre chez son père, un anesthésiste de 60 ans qui travaille lui aussi dans un hôpital. 

Plusieurs cas similaires ont déjà été rapportés en France, dont celui d’une jeune interne en médecine en région parisienne

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.