Plein écran
© belga

Un membre du personnel sur trois à la VUB devra à l'avenir être une femme

A l'avenir, lors du recrutement de membres du personnel académique indépendants à la VUB, au moins un candidat sur trois devra être une femme, ou un homme pour les facultés où les femmes sont déjà nombreuses, a indiqué mercredi le professeur Karen Celis, conseillère académique. La Vrije universiteit Brussel lance en effet cette semaine un plan d'action pour plus d'égalité.

Il s'agit d'un plan en 10 points dans lequel la VUB s'engage à garantir l'égalité entre les étudiants et entre les membres du personnel, à utiliser de manière équilibrée le talent et l'expérience de chacun et à œuvrer à une culture du changement durable dans toutes les sections de l'université.

Dix actions prioritaires ont été définies pour les deux prochaines années. Les personnes chargées du recrutement suivront des formations sur les préjugés de genre, la diversité et la non-discrimination. Un conseiller RH en égalité soutiendra les facultés.

"Avec ce plan d'action, nous développons une université prête à relever les défis sociétaux et scientifiques de demain", déclare la rectrice Caroline Pauwels.

De son côté, l'ULB avait déjà adopté une charte pour l'égalité de genre en son sein, pour veiller "au respect mutuel entre les sexes" et lutter contre toutes les discriminations, précise le service communication. Elle comprend plusieurs mesures, comme la parité des candidatures pour la représentation du personnel et des étudiants à l'Assemblée plénière ainsi que l'équilibre des genres parmi les membres coopté(e)s internes siégeant au Conseil d'administration, en plus d'un rapport annuel sur l'état de l'égalité de genre.

La "mesure cascade", veut aussi lutter contre le phénomène du "tuyau percé" ou "l'érosion des équilibres entre les femmes et les hommes au fil de la carrière". Dès lors, le recteur ou la rectrice veille, depuis l'année 2016-2017 à ce que la répartition femmes/hommes au sein des promu(e)s soit au moins égale à cette même proportion dans le niveau précédent de la carrière.

De plus, depuis l'année 2014-2015, la politique de l'université bruxelloise en matière de recrutements, nominations et promotions prévoit que "les commissions à saisir aux différentes étapes des procédures comptent, dans la mesure du possible, au moins un tiers de membres de chaque genre".

  1. Une formation et un emploi pour les sans-papiers à Bruxelles? “C’est une régularisation collective”

    Une formation et un emploi pour les sans-pa­piers à Bruxelles? “C’est une régularisa­ti­on collective”

    Actiris souhaite offrir aux personnes sans-papiers la possibilité de suivre une formation professionnelle et de décrocher un emploi à Bruxelles. L’office régional de l’emploi veut réduire le nombre de postes vacants et cible les métiers en pénurie. “Cela s'apparente à une régularisation collective. Il n’y a aucun doute”, assure Maggie De Block, ministre de l’Asile et de la Migration (Open Vld).