Plein écran
© BELGAONTHESPOT

Un nouvel enclos cinq fois plus grand pour les bonobos de Planckendael

Les 13 bonobos de Planckendael bénéficient désormais d'un nouvel enclos, cinq fois plus grand qu'auparavant, après un an et demi de travaux.

Planckendael est le seul parc animalier en Belgique à détenir ces singes menacés d'extinction. Il est également le coordinateur européen de leur programme d'élevage. C'est donc lui qui décide pour tous les parcs animaliers quels bonobos peuvent s'accoupler en vue d'une reproduction. 

"Dans les années 90, on ne savait quasiment rien sur les bonobos", explique la directrice zoologique Linda Van Elsacker. Ils se rencontrent uniquement au sud du fleuve Congo. On n'y recense plus que 15.000 à 50.000 espèces.

Dans le nouvel enclos, les visiteurs sont plongés comme des scientifiques en expédition dans la jungle congolaise, ce que font régulièrement les chercheurs de Planckendael.

L'espace va également permettre au parc de développer durablement le groupe. "Il y a de la place pour 25 singes", précise le conservateur des mammifères Matthias Papies. "Une mère et sa fille viendront d'un autre parc à l'automne. Nous aurons donc 15 bonobos au total.”

Les singes ont désormais aussi plus d'espace à l'intérieur. Ils ont ainsi le choix entre sept lieux différents, en plus de l'île extérieure.

"Le nouvel enclos dispose d'installations dernier cri et autorise la recherche que nous ne pouvions mener dans l'ancien bâtiment et qui est impossible à réaliser dans la nature. Et plus il y a d'animaux, plus l'échantillon scientifique a de la valeur", conclut Zjef Pereboom, responsable de la recherche et de la conservation de la nature. Plus de 15 bébés sont déjà nés au zoo Planckendael. 

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.