Plein écran
photo d’illustration © Photonews

Un ouvrier meurt percuté par une voiture sur la E42

Un ouvrier a perdu la vie mercredi après-midi après avoir été percuté par une voiture sur un chantier situé sur la E42 à proximité de Temploux, indique le parquet de Namur. Un autre ouvrier est également blessé aux jambes.

L'accident s'est produit en direction de Mons, à hauteur de la borne kilométrique 56. La conductrice de la voiture, immatriculée au Luxembourg, s'est déportée pour éviter un camion-tampon et a percuté l'ouvrier en charge de la signalisation. Celui-ci a alors été projeté sur plusieurs dizaines de mètres et est mort sur le coup. 

Un autre ouvrier a également été heurté par l'automobiliste et a des lésions aux jambes.
L'enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes du drame. La voiture à l'origine de l'accident a d'abord touché la berme centrale, avant de percuter les ouvriers et de terminer son embardée dans des véhicules de chantier, a précisé le parquet en début de soirée.

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  1. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.