"Un petit malin a donné les vidéos" du calvaire de Valentin à RTL

Le son des vidéos du calvaire enduré par Valentin Vermeesch, qui avaient été diffusées à huis clos jeudi devant la cour d'assises de Liège, a été diffusé sur les ondes de RTL. Ce qui a suscité un débat à l'entame de l'audience de la cour vendredi matin, les avocats de la défense et des parties civiles, exprimant tour à tour leur indignation.

Killian Wilmet, Loïck Masson, Dorian Daniels, Belinda Donnay et Alexandre Hart
Plein écran
Killian Wilmet, Loïck Masson, Dorian Daniels, Belinda Donnay et Alexandre Hart © belga

"Je m'indigne par rapport à la personne qui a communiqué ces éléments à RTL", s'est exclamé Me Wilmotte, qui représente les parties civiles. Celui-ci avait été informé jeudi soir que le média détenait ces images et avait prévenu RTL que si la chaîne les diffusait, il intenterait un procès "immédiatement au nom de la famille de Valentin car cela signifie qu'un petit malin a été donner les vidéos. Je trouve cela scandaleux car j'avais demandé le huis clos afin de protéger la mémoire de Valentin". Finalement, le son a tout de même été diffusé, ce que "regrette très fortement" l'avocat.

La question de la sérénité des débats
Le conseil d'Alexandre Hart, l'un des cinq accusés dans ce procès, a lui découvert cette fuite en écoutant la radio Bel RTL. Son sang n'a fait qu'un tour et il a même rédigé des conclusions jeudi soir afin de demander un renvoi du procès à une autre session "pour la sérénité des débats". "La nuit porte cependant conseil" et ces conclusions n'ont pas été déposées. "Ce n'est pas une menace mais si de tels événements devaient encore se produire, il faudra tous ensemble, en tant que juristes, poser la question de la sérénité des débats", a prévenu le pénaliste.

Secret des sources
Pour l'avocate générale, "c'est la liberté de la presse que de cacher ses sources et on le regrette dans la plupart des dossiers".

Influence
La présidente de la cour a conclu le débat en recommandant à nouveau aux jurés de ne pas se laisser influencer par ce qu'ils peuvent entendre à l'extérieur de la cour. Le récit de l'enquête a ensuite pu reprendre, vers 09h30.

Alexandre Hart (21 ans), Belinda Donnay (22 ans), Dorian Daniels (22 ans), Loïck Masson (23 ans) et Killian Wilmet (18 ans, mineur au moment des faits) comparaissent devant la cour d'assises de Liège depuis lundi, accusés d'assassinat, torture, traitement inhumain, viol, attentat à la pudeur, séquestration et menaces de mort, coups et blessures sur la personne de Valentin Vermeesch, 18 ans, tué dans la nuit du 26 au 27 mars 2017.

  1. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.
  2. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.