Image d'illustration
Plein écran
Image d'illustration © afp

Un policier de Charleroi échange une arme contre de la cocaïne

Mise à jourUn policier de la zone de police de Charleroi, membre du Groupe de Sécurisation et d’Appui (GSA), a fourni une arme à un dealer en échange de cocaïne, a indiqué mercredi le parquet carolorégien, confirmant une information de la DH. Alors qu’il avait été libéré sous conditions par le juge d’instruction, l’homme a été placé sous mandat d’arrêt mercredi pour non-respect d’une de ses conditions, confirme le parquet.

Il est reproché à Nicolas, un policier de Charleroi accro aux stupéfiants, d’avoir fourni une arme à son dealer afin de payer sa consommation de cocaïne. L’homme de 27 ans se trouvait en difficulté financière et ne savait plus comment payer sa consommation de stupéfiants. Il a donc proposé une arme appartenant à son père comme monnaie d’échange, a confirmé le parquet auprès de la DH.

Les policiers n’ont pas réussi à retrouver la trace de l’arme échangée, le dealer l’ayant peut-être déjà revendue. Le policier incriminé va faire l’objet d’une procédure disciplinaire en plus du dossier judiciaire. Le dossier a été mis à l’instruction et le suspect a été libéré sous conditions. “C’est une enquête qui dure depuis longtemps. Une perquisition a été menée au domicile du suspect”, a indiqué le substitut du procureur du Roi.

Mais le suspect n’a pas respecté la condition de rester vivre au domicile de sa mère. Il a donc été placé sous mandat d’arrêt mercredi. Le policier carolo comparaîtra dans les cinq jours à venir devant la chambre du conseil de Charleroi. La police de Charleroi n’a pas souhaité communiquer sur le dossier, renvoyant aux déclarations du parquet.