Photo d'illustration
Plein écran
Photo d'illustration © Photo News

Un prof viré de la Haute École Condorcet pour affiliation à un parti fasciste

Fin janvier, un rassemblement antifasciste s’était formé à Gilly. Il était destiné à protester contre la tenue d’une réunion du nouveau parti d’extrême-droite, le Parti National Européen (PNE). Certains syndicalistes ont alors remarqué qu’une des personnes qui souhaitaient assister à cette réunion n’était autre qu’un professeur de la région.

“La Haute École provinciale de Hainaut - Condorcet (HEPCUT) a décidé d’écarter de toute charge de cours l’un de ses collaborateurs occasionnels. Il apparaît que l’intéressé est depuis peu Vice-Président d’un parti d’extrême-droite, le parti ID, Identitaire Démocrate.” C’est ce que l’établissement scolaire a publié lui-même sur sa page Facebook au début du mois de février. Il avait été alerté par la délégation syndicale de la CGSP-Enseignement.

“Ses prises de positions publiques et l’examen de son profil Facebook ne laissent aucun doute sur l’incompatibilité des idées qu’il défend avec les valeurs humanistes de la Haute École provinciale. L’idéologie d’extrême-droite s’affiche en contradiction radicale avec le projet pédagogique et les idéaux portés par la Province. Il ne peut être toléré qu’un formateur exprime des opinions relatives au rejet de l’autre et prône l’exclusion sur la base de critères ethniques.”

Si le mur Facebook du professeur ne laisse plus rien transparaître actuellement, ce n’était pas le cas lorsque l’affaire a éclaté. Une de ses photos montrait notamment son torse avec un tatouage de la Jeunesse Hitlérienne.

Philosophie et citoyenneté

“Ce formateur a été engagé pour dispenser 20 heures de formation dans le cadre du Certificat en didactique du cours de philosophie et de citoyenneté.” Selon nos informations, il était déjà chargé de cours à l’HEPCUT l’année dernière.

“La Haute École Condorcet n’avait, à ce jour, pas été informée des activités politiques extrémistes de ce collaborateur. Le Collège de Direction et le Conseil de Gestion de l’institution ont pris leurs responsabilités et ont décidé de cesser toute collaboration avec lui. Une enquête est diligentée afin de prendre les dispositions juridiquement les plus adéquates par rapport à cette regrettable situation.”

Réaction

L’école ajoute qu’elle a agi dans les plus brefs délais: “La Haute École se devait de réagir rapidement et de montrer ainsi son implication dans la lutte contre toutes les formes d’extrémisme. Un signal indispensable à l’heure où les intolérances gagnent du terrain dans toutes les couches de la société.”

Toujours selon nos informations, aucune plainte n’a été déposée par un étudiant pour propos racistes. Il n’y a jamais eu aucun reproche en ce sens. 

Le professeur incriminé faisait partie de la liste Parti Populaire lors des dernières élections. Il est diplômé de l’Université de Namur, de celle de Louvain-la-Neuve et de celle de Liège.