Plein écran
Pierre-Yves Dermagne, ministre wallon des Pouvoirs locaux. © BELGA

Un rapport sur les rémunérations chez Nethys attendu "dans les prochains jours"

Un rapport de la nouvelle équipe dirigeante de Nethys sur les rémunérations des anciens membres de son comité de direction est attendu "dans les prochaines heures ou les prochains jours" par le gouvernement wallon, a affirmé mardi après-midi le ministre régional des Pouvoirs locaux, le socialiste Pierre-Yves Dermagne, interrogé sur le sujet en commission du parlement wallon par Benoît Dispa (cdH) et Stéphane Hazée (Ecolo).

Selon plusieurs médias, les directeurs généraux de Nethys - Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer - ont perçu des compensations quand leurs salaires ont été revus à la baisse dans la foulée du décret wallon sur la bonne gouvernance. Au total, quelque 12 millions d'euros auraient ainsi été distribués, dont 8 millions pour le seul Stéphane Moreau.

"De nouvelles demandes d'informations ont été adressées par mon administration à Nethys. Elles visent bien entendu les indemnités de sortie des anciens membres du comité de direction", a expliqué le ministre Dermagne. "D'un premier contact avec la nouvelle direction, il apparaît que celle-ci a demandé un délai supplémentaire pour pouvoir rassembler l'ensemble des pièces nécessaires mais il est clair qu'on parle d'indemnités importantes versées à différents moments et sous diverses formes aux anciens dirigeants", a-t-il ajouté.

Fidèle à sa ligne de conduite, Pierre-Yves Dermagne s'est refusé à "préjuger du sort à réserver à ce dossier en l'absence d'une instruction complète, présentée en bonne et due forme". "Nous avons lancé une dynamique positive sans précédent. Rien ne doit l'arrêter, surtout pas des anticipations hasardeuses de notre part", a-t-il dit.

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens.