Plein écran
"Je ne veux pas sortir et commettre d'autres faits" © Getty Images/iStockphoto

Un SDF au juge: “Je veux rester en prison, il fait trop froid dehors”

Un Liégeois âgé de 46 ans a sollicité, mercredi devant le tribunal correctionnel de Liège, l'application d'une peine de prison qui lui permettrait de ne pas être libéré à cette période de l'année afin d'éviter de se retrouver à la rue par grand froid. L'individu, un SDF hutois, encourt une peine de 2 ans de prison ferme.

L'individu originaire de la région de Huy a vécu plusieurs années à Liège en situation précaire. Sans domicile, il vivait à la rue. Dans ce contexte, il avait commis en 2017 plusieurs faits de vols et de détention d'arme qui ont entraîné ses condamnations par défaut.

Incarcéré depuis l'été 2019, le prévenu avait fait opposition à ses condamnations. La justice avait voulu le remettre en liberté, lui accorder des interruptions de peines et le bénéfice du bracelet électronique. Mais il avait été réincarcéré en raison du fait qu'il ne bénéficiait pas de domicile, une condition pour obtenir le bracelet électronique.

Le parquet a requis contre lui la confirmation de deux peines de 18 mois et 6 mois de prison. La défense, Me Shirley Franck, a sollicité l'application d'un sursis probatoire. Alors que le juge interrogeait le prévenu sur son désir de respecter des conditions, le SDF a indiqué qu'il souhaitait s'y opposer. "Je veux rester en prison. Il fait trop froid à l'extérieur de la prison et je ne veux pas courir le risque de commettre de nouveaux faits dans ces conditions", a-t-il affirmé au juge.

L'avocate a maintenu sa demande de sursis probatoire. Le jugement sera prononcé le 4 décembre.

  1. Bientôt une avancée dans l’affaire Delphine Boël

    Bientôt une avancée dans l’affaire Delphine Boël

    La Cour de cassation entendra encore brièvement les avocats des différentes parties, ce vendredi matin à 9h30, dans l'affaire Delphine Boël. La Cour, qui avait donné aux avocats du roi Albert II jusqu'à ce vendredi pour déposer des répliques écrites au réquisitoire de l'avocat général, prendra ensuite l'affaire en délibéré. Elle devrait prononcer son arrêt, en audience publique, au cours de l'après-midi. Néanmoins, elle pourrait décider de se donner plus de temps et de prononcer son arrêt à une date ultérieure, a indiqué à Belga Henri Vanderlinden, porte-parole du parquet général à la Cour de cassation.