Un subside de 50.000 euros pour aider les femmes en situation monoparentale à Seraing

Le CPAS de Seraing a reçu des subsides de l’ordre de 50.000 € pour participer au projet Miriam et ainsi permettre à des femmes en situation monoparentale de devenir autonomes grâce à un accompagnement intensif.

Plein écran
Illustration. © Getty Images.

Le projet Miriam a été mis en place en 2015 par le Vrouwenraad, le SPP Intégration sociale et la Haute Ecole Karel de Grote pour venir en aide aux mères de famille en situation de monoparentalité, percevant un revenu d’intégration ou son équivalent.

Pour ce faire, il a pour objectif principal de renforcer l’autonomisation de ces femmes grâce à un accompagnement intensif fourni par des aides sociales leur permettant, à terme, de briser leur isolement social et de réduire considérablement leur situation de pauvreté.

Après avoir mené une étude dans plusieurs CPAS pilotes afin de démontrer les conséquences positives de ce projet sur les personnes qu’il vise directement, les différents partenaires ont décidé d’octroyer des subsides à des Centres Publics d’Action Sociale de certaines villes ou communes. La Ville de Seraing fait partie de celles-ci.

En effet, le CPAS de la Cité du Fer a obtenu, fin de l’année 2019, des subsides d’un montant de 50.000 € pour mettre en œuvre le projet Miriam sur son territoire.

Concrètement, les travailleurs sociaux détachés à ce nouveau service vont donc s’attacher à rencontrer les participantes afin d’établir leurs attentes et leurs besoins dans le but d’adapter leur accompagnement et de leur fournir des prestations véritablement personnalisées pour les aider à renforcer leur autonomisation.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.

  1. Des médecins belges tirent la sonnette d’alarme: “On n’est pas assez préparés”

    Des médecins belges tirent la sonnette d’alarme: “On n’est pas assez préparés”

    Les généralistes belges ne voient pas tous d'un très bon œil l’approche de la Santé belge face au coronavirus. Vu la pénurie de masques, ils ne peuvent pas suffisamment se prémunir des éventuelles contaminations, expliquent certains médecins flamands à VTM Nieuws. D’autre part, ils se disent laissés à leur propre sort par la ministre de la Santé Maggie De Block, qui promet vaguement des solutions. Même constat côté francophone, où des médecins se sont plaints auprès du Soir du manque d'information et de matériel.