Plein écran
Bus hybride au TEC Charleroi © Photo News

Un tiers des bus hybrides sont à l’arrêt au TEC Charleroi

La plus grande flotte de bus hybrides se trouve en Wallonie. C’est forcément le Transport en Commun (TEC) qui en a la charge. Mais à Charleroi et à Namur, tout ne se passe pas comme sur des roulettes.

Un tiers des bus hybrides sont à l’arrêt au TEC Charleroi. Il s’agit d'une quinzaine de véhicules sur les 55 que compte la société de transport public dans le Pays Noir. Cela nous a été confirmé par la porte-parole pour le réseau carolo, Véronique Benoit. Or, le TEC Charleroi gère 350 bus au total.

De quoi perturber certaines lignes en particulier? Pas si l’on en croit notre interlocutrice! “Les bus ne sont pas attribués à des lignes précises. Les véhicules ‘tournent’ sur les lignes. Ce ne sont pas toujours les mêmes. Mais c’est souvent en urbain” concède-t-elle.

Problème technique

La cause de cette mise à l’écart est d’ordre technique: “Nous rencontrons un problème d’approvisionnement de certaines pièces en provenance du constructeur.” Le constructeur en question s’appelle Volvo.

Ce qui est plus préoccupant, c’est qu’aucune date de remise en service n’est pour l’instant programmée. “Cela dépend du constructeur sur qui le TEC fait pression” affirme Véronique Benoit.

Namur

D’autant plus que Charleroi n’est pas la seule ville impactée! Namur est confrontée au même problème. Le TEC n’en fait d’ailleurs pas mystère et a publié un communiqué de presse sur son site web: “Depuis plusieurs semaines, le réseau urbain du TEC à Namur est en grande partie impacté par le manque de fiabilité des bus hybrides, accentué par un problème de livraison de pièces de rechange. La situation s’est encore un peu plus détériorée ces derniers temps: les suppressions de parcours sur certaines lignes sont devenues plus nombreuses ces dernières semaines, générant une diminution de la fréquence et de la régularité des bus aux arrêts.”

Dans la capitale de la Wallonie aussi, une quinzaine de bus sont immobilisés. Sur un total de 46 véhicules hybrides.

  1. Des médecins belges tirent la sonnette d’alarme: “On n’est pas assez préparés”

    Des médecins belges tirent la sonnette d’alarme: “On n’est pas assez préparés”

    Les généralistes belges ne voient pas tous d'un très bon œil l’approche de la Santé belge face au coronavirus. Vu la pénurie de masques, ils ne peuvent pas suffisamment se prémunir des éventuelles contaminations, expliquent certains médecins flamands à VTM Nieuws. D’autre part, ils se disent laissés à leur propre sort par la ministre de la Santé Maggie De Block, qui promet vaguement des solutions. Même constat côté francophone, où des médecins se sont plaints auprès du Soir du manque d'information et de matériel.
  2. Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Le parquet d’Anvers mène une enquête après le décès suspect d'une femme de 41 ans à Puurs-Sint-Amands fin 2019. La quadragénaire a succombé après avoir bu une simple gorgée d'un verre de vin “RED Merlot Cabernet Sauvignon 2016" de la marque Black&Bianco. La bouteille aurait été manipulée et une dose mortelle de MDMA (amphétamines) aurait été ajoutée dans le liquide. Le parquet avertit tout détenteur d’une bouteille similaire d'un risque potentiel et indique qu’il convient de prévenir la police si le bouchon d'une de ces bouteilles semble avoir été manipulé.