Plein écran
Jonction Nord-Midi, 30 juillet 2019 © Photo News

Un tunnel ferroviaire à deux milliards d’euros pour diminuer les retards à Bruxelles

 Infrabel prévoit de construire un deuxième tunnel ferroviaire le long de la jonction Nord-Midi, rapportent mercredi L'Écho et De Tijd sur base d'un document du conseil d'administration d'Infrabel qu'ils ont pu consulter. La popularité du rail et le développement du RER obligent le gestionnaire du réseau de chemins de fer à augmenter la capacité de la jonction de 30 à 50%.

Aujourd'hui, aux heures de pointe, pas moins de 88 trains traversent le tunnel à six voies toutes les heures - soit à peine moins que le maximum de 96 par heure. Le moindre problème survenant dans ce goulot d'étranglement provoque d'énormes retards.

Pour la période 2020-2040, trois champs d'action sont explorés par Infrabel et la SNCB. Tout d'abord, la capacité de la jonction actuelle pourrait être augmentée en réduisant les croisements de voies et en améliorant la répartition des trains dans les tunnels. Ensuite, le nombre de trains utilisant les voies de contournement pourrait être augmenté. Mais à long terme, on parle de construire une nouvelle jonction souterraine.

Ce nouveau tunnel devrait permettre d'augmenter la vitesse des trains internationaux traversant la capitale. Deux options sont à l'étude: soit un tunnel entre les gares de Bruxelles-Midi et Bruxelles-Nord, soit entre Bruxelles-Midi et Schaerbeek. Les travaux dureraient dix ans et coûteraient 2 milliards d'euros.