Un vide-grenier pas comme les autres au CHR de la Citadelle

Que vous ayez besoin d’un fauteuil roulant, d'un vélo d’appartement ou que vous soyez simplement collectionneur d’objets médicaux, réservez votre journée du 15 novembre. Le CHR de la Citadelle organise, en cette fin de semaine, son quatrième grand vide-grenier.

Plein écran
Les bénéfices seront reversés à la fondation CHR Citadelle. © Belga

La fondation CHR Citadelle organise, ce vendredi, la quatrième édition de son grand vide-grenier. Un événement qui vise à vider les stocks de mobiliers inutilisés, et dont les bénéfices seront entièrement reversés à la fondation dédiée à l’humanisation des soins, ainsi qu’au bien-être du patient et des accompagnants.

Parmi les objets mis en vente lors de ce vide-dressing, on pourra trouver aussi bien du matériel de bureau que du mobilier médical, du matériel provenant des cuisines ou du matériel divers tels que des chariots de ménage ou des lits d’appoints. L’occasion de trouver de quoi aménager son bureau, ou de récupérer un fauteuil roulant ou un vélo stationnaire à prix réduit.

Bonne nouvelle, cette vente exceptionnelle n’est pas seulement réservée aux membres du personnel et aux professionnels de la médecine, puisque les particuliers peuvent en effet en profiter. Tout comme les centres sportifs, qui devraient trouver leur bonheur du côté des équipements de rééducation, ou les mouvements de jeunesse.

Les potentiels acheteurs sont attendus ce vendredi 15 novembre dès 10h, et jusque 16h, sur le parking du personnel du CHR de la Citadelle, dans la rue des Glacis. Au vu du succès lors des trois éditions précédentes, on ne peut que vous suggérer d’arriver le plus tôt possible. Un bancontact sera disponible afin de faciliter les paiements.

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.