Plein écran
© BELGA

Une amende et une interdiction de conduire pour l'ex-président du parlement flamand

L’ex-président du parlement flamand et actuel bourgmestre de Dessel, Kris Van Dijck (N-VA), a été condamné par le tribunal de police de Turnhout à une amende de 1.600 euros, assortie d’une interdiction de conduire pendant quinze jours, a-t-on appris lundi.

Kris Van Dijck comparaissait pour avoir provoqué un accident de voiture en état d’ivresse, dans la nuit du 2 au 3 juillet, alors qu’il présidait encore le parlement flamand. Il circulait avec un taux d’alcool dans le sang équivalent à 1,4 pour mille.

Le ministère public avait requis une interdiction de conduire de quinze jours, une amende de 1.600 euros et l’installation d’un éthylotest antidémarrage pendant un an dans le véhicule du bourgmestre.

M. Van Dijck a présidé l’hémicycle flamand pendant deux semaines en juillet. Il avait démissionné, pratiquement en pleine cérémonie officielle à Bruxelles pour la fête flamande, après avoir été mis en cause par le magazine à sensation ‘P-Magazine’ pour avoir sollicité l’ex-ministre fédéral de l’Emploi, Kris Peeters, dans un dossier de faillite douteuse impliquant une prostituée. Il était déjà fragilisé pour avoir provoqué l’accident de voiture en sortant d’un café où il avait trop bu.

  1. Des messages de haine après le drame à La Panne: une enquête ouverte

    Des messages de haine après le drame à La Panne: une enquête ouverte

    Mardi, une vaste opération de sauvetage de migrants a eu lieu au large de Le Panne. Quatorze personnes étaient montées en pleine nuit dans une embarcation pour tenter la traversée jusqu’au Royaume-Uni. Leur bateau a chaviré et les réfugiés ont regagné le littoral. Six d’entre eux ont été interpellés au cours de l’opération qui a suivi le naufrage. Huit autres sont toujours portés disparus. Suite à certains commentaires haineux publiés sur les réseaux sociaux, une enquête a été ouverte. “Une cellule spécialisée de la Police fédérale est à la recherche de personnes susceptibles d'avoir enfreint la loi anti-raciste”, commente Johan Lescrauwaet, du parquet d’Ypres. “C’est un signal important pour montrer que cela ne sera pas toléré.”