Les jeunes criminels ont la vingtaine
Plein écran
Les jeunes criminels ont la vingtaine © DR

Une bande bruxelloise prostituait des mineures: pourquoi le dossier a longtemps traîné

Il y a probablement eu trop d'hésitation dans le dossier relatif à la bande bruxelloise qui aurait forcé des filles mineures à se prostituer, rapporte VRT NWS lundi. "Autant cela a été très vite début janvier, autant cela a avancé très lentement l'été dernier.”

Fin juillet 2019, le parquet a été informé par la zone de police locale de Bruxelles-Midi que deux mineures, une Belge et une Française, seraient forcées de se prostituer. Selon VRT NWS, le parquet n'a pas donné suite au procès verbal en première instance. Cependant, une directive du Collège des procureurs généraux stipule clairement que la priorité doit être donnée aux victimes dans les dossiers de violences sexuelles, surtout si elles sont mineures.

Deux mois plus tard, la section "traite des êtres humains" de la police fédérale a reçu les mêmes informations via son réseau d'indicateurs. La police fédérale a alors contacté la zone de police de Bruxelles-Midi, qui confirme qu'elle est au courant des faits depuis deux mois, mais que le personnel manque pour intervenir immédiatement. Le 2 octobre 2019, la police fédérale effectue alors une descente à une adresse mentionnée et parvient à libérer une jeune fille de 16 ans.

Toujours selon la VRT, les travaux ont été poursuivis dans le dossier, mais il a été difficile de contacter le magistrat de parquet concerné pour obtenir les autorisations nécessaires à une enquête approfondie. Fin décembre, la zone de police locale de Bruxelles-Nord a dressé un nouveau rapport d'information et un procès verbal. Ce dernier a atterri auprès du parquet de Bruxelles, mais auprès d'un autre magistrat de parquet. Et cette fois, le dossier est traité très rapidement et de manière approfondie. 

Le 4 janvier 2020, la police de Bruxelles-Midi effectue une descente dans une maison et une jeune fille de 16 ans est secourue. Grâce à ses déclarations, 11 suspects se dessinent. Au cours de plusieurs perquisitions, sept d'entre eux finissent par être arrêtés, un huitième le 14 janvier et plus récemment un neuvième. Selon la VRT, le premier dossier remontant à juillet 2019 contenait déjà toutes les informations pour intervenir, parce que c'est sur la base de ces mêmes informations que la police fédérale est intervenue début octobre.