Plein écran
© BELGAONTHESPOT

Une bonne centaine de tracteurs à Bruxelles pour défendre la Politique agricole commune

Entre 100 et 200 tracteurs provenant pour la plupart de Wallonie ont convergé vers Bruxelles et le rond-point Schuman jeudi. Les agriculteurs manifestent alors que se tient un sommet européen devant aborder le budget 2021-2027. Les organisations d’agriculteurs, comme la Fédération wallonne de l’Agriculture (Fwa), craignent que leur secteur ne fasse les frais de restrictions budgétaires décidées par l’Union européenne.

Les tracteurs se sont stationnés petite rue de la Loi et rue de la Joyeuse entrée vers 13h30. De nombreux jeunes étaient au volant de ces engins agricoles. “C’est l’avenir de l’agriculture familiale qui est en jeu”, souligne Marianne Streel, présidente de la Fwa. “Il y a un important problème de transmission des exploitations. Les jeunes sont là, mais le revenu ne suit pas alors qu’avec le temps, ça nous coûte de plus en plus cher de produire”, explique-t-elle.

La Fwa rappelle que les aides de la Politique agricole commune (Pac) constituent “l’essentiel si pas l’intégralité du revenu disponible” pour de nombreuses exploitations wallonnes. “Avec un budget Pac en baisse, on renforce ce risque de voir s’écrouler encore davantage l’économie agricole, avec des conséquences graves pour les filières tant en amont qu’en aval”, avertit la Fwa.

“Toutes les filières souffrent, la viande bovine et le sucre en tête. Mais la situation n’est pas plus rose pour les fruits ou le lait”, poursuit Mme Streel.

Les responsables de la Fwa s’inquiètent d’un scénario faisant état d’une perte de budget de la Pac de 20% pour la Belgique, ce qui correspondrait à une perte annuelle de 65 millions d’euros pour la Wallonie, estime José Renard, secrétaire général de la Fwa. A cela, pourraient s’ajouter des effets de convergence entre États membres. Une réforme de la Pac intervenue en 2013 prévoit en effet que les enveloppes des paiements directs disponibles pour chaque État membre soient progressivement ajustées de sorte que tous parviennent à un paiement minimal en euros par hectare. Un tel ajustement joue en défaveur de pays comme la France, la Belgique ou l’Allemagne, alors qu’il profiterait aux États membres entrés plus récemment dans l’Union, à l’instar des États baltes qui manifestaient précisément pour plus d’équité, jeudi matin, quelques heures avant la venue... des agriculteurs wallons.

Adopter tel quel le budget serait une catastrophe, avertit M. Ducarme 

La Fwa a rencontré jeudi plusieurs parlementaires européens ainsi que la Première ministre Sophie Wilmès et le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme. “M. Ducarme a promis de travailler avec nous en faveur d’une politique agricole forte. Dans l’ensemble, tous nos interlocuteurs se sont montrés déterminés à se battre”, commente Mme Streel. 

“La conclusion de cet échange est sans appel: adopter la proposition de budget actuellement sur la table du Conseil européen serait une catastrophe pour nos agriculteurs! Il faut un budget plus ambitieux pour notre agriculture. C’est la qualité de la nourriture des consommateurs belges et européens qui est en jeu! Nous devons veiller à dégager les moyens nécessaires pour préserver notre souveraineté alimentaire et protéger notre modèle d’agriculture familiale! “ a déclaré M. Ducarme dans un communiqué.

La Fédération avait encore rendez-vous en début de soirée avec le ministre wallon de l’Agriculture, Willy Borsus.

Le rassemblement de tracteurs est une initiative de la Fwa à laquelle prenaient part également deux syndicats agricoles flamands (Boerenbond et ABS). 

  1. Match de foot clandestin à Visé: il n'y aura pas de poursuite

    Match de foot clandestin à Visé: il n'y aura pas de poursuite

    Plusieurs individus présents lors du match de foot organisé sur la plaine des sports à Visé, mercredi, ont été identifiés et devront payer une amende de 250 euros, a précisé la zone de police Basse-Meuse. De son côté, le parquet de Liège précise que "des transactions seront dans un premier temps envoyées". Les policiers de la zone de police Basse-Meuse étaient intervenus, mercredi en fin de journée, à Visé, où un match de foot avec de nombreux spectateurs avait lieu, avait indiqué l'échevin Julien Woolf sur sa page Facebook.