Plein écran
Un “gilet jaune” et un policier en novembre 2018 © BELGA

Une cinquantaine de gilets jaunes ont mené une action au dépôt pétrolier de Feluy

Un an après le début de leur mouvement, des manifestants en gilet jaune ont mené une action vendredi soir au dépôt pétrolier de Feluy. Une cinquantaine de personnes ont participé à l'action qui s'est terminée peu avant minuit, a indiqué samedi la bourgmestre de Seneffe, Bénédicte Poll.

Une cinquantaine de gilets jaunes se sont regroupés vendredi dans la soirée sur le parking de l'aire autoroutière de Thieu avant de converger vers l'entrée du dépôt pétrolier de Feluy, un des points chauds des actions menées il y a un an.

"Les manifestants ont symboliquement bloqué les camions mais ils ont laissé passer les voitures", explique Bénédicte Poll. "Certains manifestants étaient certes dans un autre état d'esprit, ils ont allumé un feu et utilisé des pétards. Il n'y a toutefois pas eu de dégradations. La police était de toute façon sur place pour éviter tout débordement. Les personnes du groupe voulaient essentiellement marquer leur présence, un an après les premières actions. Le mouvement s'est terminé vers 23h30.”

Plus tôt dans la journée, le gouverneur de la province de Hainaut, Tommy Leclercq, avait indiqué que la police était prête à maîtriser les éventuels débordements et que toute entrave à la mobilité serait sanctionnée. La police fédérale ajoute que l'action des militants à Feluy s'est déroulée sans incident et souligne la bonne préparation des autorités. Les policiers n'ont procédé à aucune arrestation, ni administrative ni judiciaire.

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.