Plein écran
Carlo Di Antonio, ministre wallon des Transports. © BELGA

Une comptable du port autonome de La Louvière accusée d’avoir détourné 30.000 euros

Une comptable du Port Autonome du Centre et de l'Ouest (PACO) à La Louvière a été licenciée pour faute grave dans un dossier de suspicions de détournement. Le cabinet du ministre de tutelle, Carlo Di Antonio, a confirmé une information de la DH.

La comptable, également trésorière, selon le cabinet de Carlo Di Antonio, du PACO a été licenciée sur le champ pour faute grave dans un dossier de suspicions de détournement.

Selon le cabinet de Carlo Di Antonio, un courrier de la Cour de Comptes arrivé mercredi au cabinet du ministre ainsi qu'au siège du PACO à La Louvière a fait état de suspicions de fraude financière au sein du PACO. "Le ministre a donné injonction de réunir le CA du PACO, de protéger les documents relatifs au dossier, d'écarter l'agent concerné et de déposer plainte auprès des autorités judiciaires", a indiqué à Belga le porte-parole de Carlo Di Antonio. L'agent a été licenciée pour faute grave par les instances du PACO.

"Le ministre souhaite mettre le point à l'ordre du jour du Gouvernement wallon de jeudi pour tenir ses collègues informés du dossier", a-t-on encore indiqué au cabinet de Carlo Di Antonio.

Le préjudice, mis à jour dans l'audit des comptes de 2017 et de 2018 du PACO, porterait sur une somme de 30.000 euros.

Contactée par l'agence Belga, la directrice du PACO n'a fait aucun commentaire sur le dossier.

Le Port autonome du Centre et de l'Ouest (PACO) est une société économique mixte dotée de la personnalité juridique. Le PACO assure les gestions technique et commerciale s'étendant le long des voies navigables du Centre et de l'Ouest de la Province du Hainaut.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.