Une des têtes à l'origine de la polémique
Plein écran
Une des têtes à l'origine de la polémique © Siebe Taeleman

Une confrérie réutilisera les personnages juifs caricaturaux d’Alost

Une confrérie du carnaval d’Alost, cet événement spontanément retiré du patrimoine immatériel de l’UNESCO à l’initiative de son bourgmestre N-VA en décembre dernier suite à la polémique des chars de juifs caricaturaux, a décidé de réutiliser les marionnettes contestées. “Nous rions de tout et le monde, mais jamais pour blesser”, réagissent  les membres de De Zwiejtollekes. 

On pensait les personnages juifs caricaturaux et leur coffre-fort disparus des chars du carnaval d’Alost, il semble qu’ils ne seront finalement pas rangés au placard même si la ville belge a été pointée du doigt par le reste du monde et que s’en est ensuivie la radiation de l’événement folklorique du patrimoine immatériel de l’UNESCO. Si le groupe De Vismooil’n, qui leur donnait vie jusque là, ne les sortira plus, une autre confrérie a décidé de se les réapproprier pour l’édition 2020. 

“Rire de tout et de tout le monde a toujours été l’essence de notre carnaval. Jamais pour blesser, toujours pour le plaisir. Malgré cela, notre ville d’Alost se retrouve de plus en plus sous le feu des critiques. Nous démontrons que nous pouvons nous entendre avec tout le monde mais sans jamais nous laisser faire”: voilà l’explication de la confrérie De Zwiejtollekes qui recyclera les caricatures. “Avec des cibles sur nos costumes, nous nous plaçons nous-mêmes dans le viseur... Mais en sachant rire de tout le monde, rien n’est jamais perdu”, résume le groupe. 

La confrérie réutilisera les chars existants et les agrémentera de nouvelles caricatures: en plus des juifs, ce sont les stéréotypes sur les personnes d’origine africaine, asiatique, allemande et sur les homosexuels qui seront mis en avant. Le but autoproclamé? “Critiquer la censure”. Reste à voir avec quelles conséquences, cette fois. 

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.