archives
Plein écran
archives © belga

Une enquête ouverte sur l'agression d'un jeune dans un bus De Lijn

De Lijn confirme que la police et le parquet ont ouvert une enquête après l'agression dont a été victime mercredi soir un jeune Africain à Grimbergen par un chauffeur de bus de la société De Lijn. L'incident a poussé dans la rue environ 150 personnes qui ont manifesté samedi après-midi à Ixelles, devant l'un des commissariats de police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles. Pour les manifestants, le jeune a été agressé au couteau. Le parquet de Hal-Vilvorde signale ne pas avoir eu de preuve à ce stade.

L'incident a eu lieu mercredi soir, lorsque le jeune a pris le bus vers son domicile à Grimbergen. Le chauffeur aurait émis des doutes quant au ticket sous forme de SMS que le voyageur a présenté. Les esprits se sont ensuite échauffés et le conducteur du bus aurait brandi un couteau, blessant légèrement la victime. La police est bien descendue sur les lieux mais a laissé l'agresseur repartir, racontent les manifestants.

Selon le parquet de Hal-Vilvorde, il y a eu une discussion animée entre le chauffeur de bus et le passager de 16 ans durant laquelle ce dernier a été victime d'une égratignure superficielle.

"Il n'y a eu certainement personne de poignardé, et même l'existence d'un couteau ne peut pas être confirmée", selon le porte-parole du parquet, Gilles Blondeau. Une enquête criminelle a été ouverte et les deux parties doivent rester à disposition du parquet pour être entendues.

"Nous condamnons chez De Lijn toute sorte de violence à bord et aux alentours de nos véhicules", a réagi le porte-parole de la société de transport publique flamande, Joachim Nijs. "Dans ce cas spécifique, la police et le parquet ouvrent une enquête à laquelle nous comptons collaborer pleinement. Les deux parties sont entendues. En interne également, une enquête approfondie est menée. La prévention des agressions est une priorité de De Lijn. Notre personnel reçoit durant sa formation et sa carrière des formations sur la façon de réduire la violence verbale et physique."