Plein écran
© REUTERS

Une entreprise liégeoise lance sa production de tests de dépistage rapide

La société bio-tech liégeoise ZenTech a lancé jeudi matin sa propre ligne de production de tests de dépistage rapide du Covid-19, a annoncé l'entreprise jeudi. Ces tests sérologiques détectent les anticorps qui apparaissent après une infection au coronavirus.

La société wallonne affirme pouvoir produire un million de tests par mois d'ici quatre semaines. L'entreprise planifie dans un premier temps d'en fabriquer 5 millions. "Le défi étant à la fois urgent et majeur, nous souhaitions pouvoir répondre le plus rapidement possible aux besoins et ne plus être tributaires d'embargos ou de délais de livraison liés à des restrictions douanières", a souligné Jean-Claude Havaux, fondateur de ZenTech.

Le test ne détecte pas si le coronavirus est présent dans le corps, mais bien si la personne a eu une réaction immunitaire et a développé des anticorps. Il donne un résultat en 10 à 15 minutes. "Des projets comme celui-ci rappellent à quel point la Wallonie est à la pointe en termes de recherches, d'innovation et de biopharma", a déclaré le ministre wallon de l'Economie, Willy Borsus.

L'entreprise liégeoise a reçu l'approbation de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) dans la journée et conclu un contrat avec le gouvernement. "Le dossier est accepté aujourd'hui, le test est commercialisable depuis aujourd'hui", a confirmé le directeur de l'Agence Hugues Malonne à la RTBF. Il a dit attendre les premières livraisons autour du 27 avril. "A partir de ce moment-là nous pourrons implémenter une stratégie de testing." Le gouvernement n'a pas précisé le nombre de tests qu'il avait commandés à ZenTech mais a assuré que "cela serait suffisant", selon la RTBF. Une communication interviendra dans les prochains jours.

  1. Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs
    Coronavirus

    Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs

    L'annonce des entités fédérées et du fédéral vendredi, ouvrant la possibilité d'organiser camps scouts, stages et activités récréatives pour enfants et jeunes durant les vacances d'été, a dû soulager de nombreux parents, dans un contexte de déconfinement progressif. Rapidement, des questions se posaient cependant sur les stages et activités purement sportifs, qui ne sont pas couverts par la communication de vendredi. Une décision et une communication à ce sujet devraient intervenir au plus tard le 3 juin, a-t-on appris dimanche.
  1. “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    Des dos tournés et des images qui voyagent. L’action symbolique menée par le personnel soignant du CHU Saint-Pierre le 16 mai dernier a été relayée par de nombreux médias étrangers et a trouvé écho jusqu’au Japon. Une haie de déshonneur susceptible d'écorner l’image de Sophie Wilmès? “Sur la scène internationale cela ne devrait pas avoir d’effet majeur”, considère Sandrine Roginsky, professeure en communication politique à l’UCLouvain. “Mais chez nous, cela risque de la suivre, au même titre que l'épisode des kayaks.”
  2. Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic international de drogue en Flandre orientale

    Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic internatio­nal de drogue en Flandre orientale

    La police judiciaire fédérale (PJF) a indiqué samedi avoir mis la main sur plus de 2 millions d'euros en espèces lors de perquisitions menées dans le cadre d'une enquête relative à un trafic international de drogue en Flandre orientale. Les forces de l'ordre ont également découvert des bijoux et plus de 130 véhicules. Cinq suspects ont été arrêtés en Belgique, trois aux Pays-Bas. Le gang est soupçonné d'avoir importé en Belgique de grandes quantités de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud pendant plusieurs années.