Didier Gosuin, ministre bruxellois de l’Emploi.
Plein écran
Didier Gosuin, ministre bruxellois de l’Emploi. © Photo News

Une étude scientifique confirme la discrimination à l’emploi selon l’origine à Bruxelles

Une première étude scientifique menée sur l’origine des chercheurs d’emploi à Bruxelles a confirmé jeudi la difficulté de trouver un emploi lorsque l’on est d’origine étrangère, même à diplôme égal.

Les jeunes d’origine subsaharienne - une quarantaine de pour-cents pour onze pour-cents des Belges - constituent le groupe qui éprouve le plus de difficultés à être accepté sur le marché du travail, et cela n’est pas faute de suivre des formations, y lit-on en substance.

Le temps passé au travail sur une période de trois ans change également significativement selon les origines.

Toujours en fonction des origines, certaines catégories de personnes cumulent les effets de plusieurs facteurs discriminants: les femmes d’origine d’origine maghrébine et turque qui portent le voile tout en étant en moyenne plus diplômées que leurs homologues masculins et qui sont à la tête d’une famille monoparentale.

Le monitoring a été réalisé, à la demande du ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Didier Gosuin, dans le cadre du plan de lutte contre les discriminations.

C’est views.brussels -l’observatoire de l’emploi et de la formation de Bruxelles - qui en a été chargé, en s’appuyant sur des cohortes de chercheurs d’emploi inscrits chez Actiris entre 2013 et 2016 et des données de la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale.

La dimension de l’origine étrangère - à la naissance, ou né d’au moins un parent d’origine étrangère - a été croisée avec d’autres données comme le genre, le degré de formation ou encore le lieu de résidence.

Au total, 79% des demandeurs d’emploi à Bruxelles sont d’origine étrangère. “C’est donc au coeur de notre métier”, a commenté à ce propos Grégor Chapelle, le directeur général d’Actiris, l’organisme public bruxellois de placement des chercheurs d’emploi.

Celui-ci a pointé quelques-unes des 23 recommandations issues de cette première étude qui ne permet pas encore de mesurer l’impact des mesures prises par le gouvernement bruxellois l’an dernier en matière de lutte contre les discriminations, étant de ce fait amenée à être actualisée.

Nul ne doute qu’elles figurent au centre des échanges entre négociateurs bruxellois à la recherche d’un accord pour constituer une majorité en Région-capitale.

Recommandations

Il s’agira notamment, selon M. Chapelle, de consolider le rôle et les ressources du guichet antidiscrimination au sein d’Actiris; de conditionner l’octroi de toute aide à l’embauche, à la mise en oeuvre d’un plan diversité en entreprise; ou encore d’introduire des objectifs chiffrés contraignants sur base de l’origine dans les plans de diversité des entreprises publiques locales et régionales.

Autres recommandations: inciter les partenaires sociaux à fixer des programmes d’action positive par secteur, mener une réflexion sur la diversité convictionnelle dans une perspective inclusive “car l’absence actuelle de règles est une forme de violence institutionnelle”, a commenté Grégor Chapelle; renforcer les outils de contrôle pour permettre à l’inspection régionale de mener des testings de manière pro-active; et enfin instaurer pour l’ensemble des chercheurs d’emploi la simplification et la gratuité de la procédure d’équivalence des diplômes.

En affaires courantes, théoriquement encore pour deux à trois semaines, Didier Gosuin a lancé un appel aux entreprises, qui se montrent selon lui peu volontaristes en la matière.

“On peut avoir tous les outils que l’on veut et des aides à l’emploi pertinentes. Il n’en demeure pas moins que les entreprises sont rétives à mettre en place des outils contraignants. Elles prennent par exemple peu de jeunes en formation. Entre la volonté macro-économique affichée et la réalité de terrain, il y a un message qui ne passe pas. Or, engager local leur donne du pouvoir économique”, a-t-il souligné.

  1. Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs
    Coronavirus

    Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs

    L'annonce des entités fédérées et du fédéral vendredi, ouvrant la possibilité d'organiser camps scouts, stages et activités récréatives pour enfants et jeunes durant les vacances d'été, a dû soulager de nombreux parents, dans un contexte de déconfinement progressif. Rapidement, des questions se posaient cependant sur les stages et activités purement sportifs, qui ne sont pas couverts par la communication de vendredi. Une décision et une communication à ce sujet devraient intervenir au plus tard le 3 juin, a-t-on appris dimanche.
  1. “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    Des dos tournés et des images qui voyagent. L’action symbolique menée par le personnel soignant du CHU Saint-Pierre le 16 mai dernier a été relayée par de nombreux médias étrangers et a trouvé écho jusqu’au Japon. Une haie de déshonneur susceptible d'écorner l’image de Sophie Wilmès? “Sur la scène internationale cela ne devrait pas avoir d’effet majeur”, considère Sandrine Roginsky, professeure en communication politique à l’UCLouvain. “Mais chez nous, cela risque de la suivre, au même titre que l'épisode des kayaks.”
  2. Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic international de drogue en Flandre orientale

    Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic internatio­nal de drogue en Flandre orientale

    La police judiciaire fédérale (PJF) a indiqué samedi avoir mis la main sur plus de 2 millions d'euros en espèces lors de perquisitions menées dans le cadre d'une enquête relative à un trafic international de drogue en Flandre orientale. Les forces de l'ordre ont également découvert des bijoux et plus de 130 véhicules. Cinq suspects ont été arrêtés en Belgique, trois aux Pays-Bas. Le gang est soupçonné d'avoir importé en Belgique de grandes quantités de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud pendant plusieurs années.