Camille, étudiante en deuxième année de droit.
Plein écran
Camille, étudiante en deuxième année de droit. © Capture d'écran RTL Info

Une étudiante s’adresse à ceux qui critiquent les jeunes: “Auriez-vous mieux agi que nous?”

Camille, étudiante en deuxième année de droit, a adressé un message à celles et ceux qui accusent les jeunes de propager le virus en ne respectant pas scrupuleusement les règles. “Auriez-vous mieux agi que nous?”, leur a-t-elle demandé sur le plateau de l’émission “C'est pas tous les jours dimanche” sur RTL-TVi.

  1. La jeunesse, victime collatérale de la Covid-19: “Sacrifier sa vie à 20 ou à 50 ans, ce n’est pas la même chose”
    Témoignages

    La jeunesse, victime collatéra­le de la Covid-19: “Sacrifier sa vie à 20 ou à 50 ans, ce n’est pas la même chose”

    Solitude, frustration et manque de considération. Ce sont les sentiments qui ressortent des témoignages de trois jeunes Belges que nous avons recueillis. L’année qui vient de s’écouler fut particulière pour chacun d’entre nous, peut-être encore plus pour nos étudiants qui ont dû s’adapter à de nouvelles organisations, mais aussi se construire tout en faisant une croix sur leur vie sociale.
  2. La pandémie pèse sur le bonheur des Belges: solitude et dépression en hausse

    La pandémie pèse sur le bonheur des Belges: solitude et dépression en hausse

    La deuxième vague de coronavirus pèse sur le bonheur des Belges, ressort-il samedi de l’Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d’assurance-vie NN et l’Université de Gand (UGent). Alors que différents facteurs liés au bien-être tels que la joie de vivre, la tranquillité d’esprit et le sentiment d’autonomie ont diminué par rapport à la première vague, la solitude et la dépression connaissent une hausse significative.
  1. L’amour à l’heure de la Covid-19: “Se rapprocher d’une personne, c’est aussi mettre en danger sa bulle sociale”
    Interview

    L’amour à l’heure de la Covid-19: “Se rapprocher d’une personne, c’est aussi mettre en danger sa bulle sociale”

    La pandémie de coronavirus a freiné net les célibataires dans leur quête de l’amour. Entre le port du masque et la distanciation physique, pas facile de trouver l’âme sœur malgré les applications de rencontres. Faut-il capituler et attendre le retour de cupidon lorsque les temps seront meilleurs? Pas forcément. Trouver un partenaire de vie à l’heure de la Covid-19, c’est possible. Marie de Duve de l’agence de rencontres a2 by Valérie Dax nous aide à mieux nous y prendre.
  2. Victoria, étudiante de 18 ans, parle de la souffrance de sa génération: “Nous sommes prêts à respecter vos mesures, mais permettez-nous de revivre”

    Victoria, étudiante de 18 ans, parle de la souffrance de sa génération: “Nous sommes prêts à respecter vos mesures, mais permettez-nous de revivre”

    Victoria, étudiante de 18 ans à l’ULB, a partagé un véritable appel à l’aide sur Facebook. Dans une lettre ouverte, elle évoque l’impact psychologique des cours à distance et redoute un nouveau confinement. “J’évite de parler de dépression et de suicides, mais s’il faut encore confiner, limiter les contacts et rajouter des mesures, vous devez vous y attendre”, écrit-elle.
  1. Menacée de devoir quitter un magasin, une cliente utilise sa culotte pour en faire un masque
    Play

    Menacée de devoir quitter un magasin, une cliente utilise sa culotte pour en faire un masque

    27 février
  2. «Luca», le nouveau film d'animation Pixar
    Play

    «Luca», le nouveau film d'animati­on Pixar

    27 février