Une faute de frappe dans un billet d'avion peut coûter jusqu'à 160 euros

Celui qui réserve un billet d'avion et se trompe dans son nom doit parfois payer jusqu'à 160 euros pour obtenir une correction. Selon Test-Achats, qui a entamé des démarches juridiques contre 10 compagnies aériennes, cette pratique est illégale, rapportent lundi La Dernière Heure, De Morgen et Het Laatste Nieuws.

L’association de défense des consommateurs a décidé de mettre en demeure 10 compagnies actives en Belgique: Alitalia, American Airlines, Brussels Airlines, British Airways, Emirates, Iberia, Lufthansa, TAP Air Portugal, Ryanair et Vueling.

Ces entreprises profitent des fautes de frappe des passagers pour leur facturer des sommes non négligeables lors de la réimpression de leur billet: de 25 euros (somme demandée par Brussels Airlines pour modifier deux caractères) à 115 ou 160 euros (chez Ryanair, selon que la modification est faite en ligne ou à l'aéroport). Ibera et Lufthansa vont jusqu'à refuser tout embarquement. Test-Achats exige la fin immédiate de ces pratiques. A défaut, l'organisation entamera des actions en justice.

Plein écran
© Photo News
  1. Jean-Claude Marcourt dénonce une “dérive totale”:  “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jean-Clau­de Marcourt dénonce une “dérive totale”: “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jusqu'ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l'homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. "On ne peut qu'être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds!", s'offusque celui dont la responsabilité dans l'affaire a parfois été pointée du doigt.