La fête du sacrifice en 2016.
Plein écran
La fête du sacrifice en 2016. © photo_news

Une fête de l'Aïd sous le signe du coronavirus

La fête islamique du sacrifice, aussi connue sous le nom de l’Aïd el-Kebir ou Aïd el-Adha, s'ouvre vendredi dans un contexte de crise liée à la pandémie de Covid-19, alors que le Conseil national de sécurité (CNS) a réduit de moitié lundi la capacité d'accueil des lieux publics. L'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), l'organe de concertation officiel des Belges musulmans, exhorte les responsables des mosquées et les fidèles à respecter les gestes barrières, sans pour autant déconseiller la prière à la mosquée. Les recommandations sont cependant plus strictes à Anvers.