Une formation gratuite pour aider les jeunes à décrocher leur permis

Sensibiliser et former les jeunes de 6e secondaire à l’obtention de leur permis de conduire, c’est la volonté de la Ville de Seraing. Elle lance, à ces fins, et sur demande du Conseil Communal de la Jeunesse, une première formation entièrement gratuite.

Illustration.






PICTURE NOT INCLUDED IN THE CONTRACT
Plein écran
Illustration. PICTURE NOT INCLUDED IN THE CONTRACT © Photo News

Avoir le permis de conduire, c’est un peu gagner un part de sa liberté. Fini de demander à ses parents ou ses amis de nous emmener quelque part. Une liberté de mouvement que l’on souhaite certainement davantage acquérir au sortir du secondaire. C’est justement pour satisfaire une envie, voire même un besoin, pour certains, que la Ville de Seraing organise des sessions de sensibilisation au permis de conduire à destination des rhétoriciens originaires du territoire ou fréquentant une de ses écoles. Une première pour la Cité du fer.

La Ville de Seraing, sous l’impulsion de l’échevine de la Jeunesse, Julie Geldof, a en effet décidé de répondre à une demande des membres du Conseil Communal de la Jeunesse en mettant en place cette formation totalement gratuite.

D’autres éditions pourraient suivre

Durant deux sessions de cours de quatre heures, prévues les samedis 14 et 21 mars prochains, de 9h00 à 13h00, au sein de l’auditorium de l’I.P.E.S. de Jemeppe, les participants auront l’occasion d’en apprendre plus sur la manière d’appréhender le test à réaliser dans le cadre de l’obtention du permis de conduire théorique. Les moniteurs de l’Association de Parents pour la Protection des Enfants sur les Routes (APPER) auront pour mission de préparer les jeunes à l’étude du code de la route en leur préparant des exemples concrets.

Il s’agit de la première édition, mais la Ville compte bien en faire un événement régulier, et ce, afin de permettre à tous les étudiants d’avoir l’opportunité d’assister à cette formation gratuite.

Attention, les places sont limitées ! 

Si un élève est intéressé par ce service et qu’il répond aux conditions requises, il doit obligatoirement s’inscrire auprès du service de la Jeunesse par téléphone au 04/330.84.44 ou par mail via l’adresse citoyennete@seraing.be. À noter que le nombre de places est limité à 150, il est donc impératif de s’y prendre suffisamment tôt à l’avance.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.