Plein écran
Archives. © AFP

Une gilet jaune belge détenue à Paris après la manifestation de samedi dernier

Une femme originaire de Namur est détenue dans un centre de rétention administrative à Paris, après son interpellation lors de la manifestation des gilets jaunes de samedi dernier dans la capitale française, ont indiqué jeudi ses avocats qui ne comprennent pas les motifs de la préfecture de police de Paris de la retenir. Un autre Belge, originaire de Bruxelles, avait été interpellé au même moment mais il a, depuis, été libéré.

Samedi, deux citoyens belges, une Namuroise et un Bruxellois, ont été arrêtés à Paris au moment de la manifestation des gilets jaunes. La police les a ensuite placés en garde à vue pour avoir voulu monter une barricade contre les CRS. Les avocats des deux Belges contestent et affirment qu'ils souhaitaient déplacer la barrière pour leur permettre de quitter les lieux. 

Dans un premier temps, le procureur a requis une peine de quatre mois de prison mais le juge a décidé de les relaxer. Un arrêt de reconduite à la frontière a ensuite été délivré et les deux Belges ont été chacun placés dans un centre de rétention. Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a alors demandé au juge de prolonger la rétention en vue d'une expulsion, estimant qu'ils représentaient une menace imminente pour l'ordre public, ont expliqué Me Kempf et Me Mamère. 

Les deux avocats ont contesté cette décision auprès du juge. Dans le cas du suspect bruxellois, le juge a estimé que "l'interpellation était injustifiée", a expliqué Me Kempf, ajoutant que "le procureur n'a pas fait appel de cette décision". 

Une audience en appel prévue vendredi matin 

Pour la femme namuroise, le juge a rendu un avis contraire. "L'un des motifs avancés était qu'il n'y avait pas de garantie suffisante qu'elle allait effectivement rentrer en Belgique", s'est étonné l'un de ses avocats. 

Une audience en appel de la décision est prévue ce vendredi matin à 09h00, à Paris. 

Contactés par l'agence Belga, la préfecture de police de Paris ainsi que le ministère belge des Affaires étrangères ont déclaré ne pas souhaiter communiquer sur une affaire en cours. 

  1. Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    L'organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s'est constitué partie civile dans le cadre d'une action pénale lancée à l'encontre de Talal Magri, professeur de religion islamique à l'Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy, a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE. Une procédure d’écartement a été prise à son encontre.
  2. Le massepain cuit, la spécialité bien liégeoise de la maison Jean-Marie

    Le massepain cuit, la spécialité bien liégeoise de la maison Jean-Ma­rie

    Les cadeaux, les mandarines, les fruits secs et les gougouilles (pour nos lecteurs non liégeois, ce terme signifie “friandises”). Voilà quelques éléments indissociables de la Saint-Nicolas. Une fête qui enchante bien sûr les plus petits, mais pas que. Les parents y trouvent aussi leur compte puisque c’est l’occasion de retomber en enfance en dégustant les sucreries de leur enfance, comme les guimauves chocolatées, les spéculoos et bien entendu le massepain.